Centrale des syndicats du Québec (CSQ) - Nouvelle

Facteurs réduisant l'offre de travail

14 mars 2017

Le ton catastrophiste qui règne autour des enjeux démographiques au Québec s'est aggravé à la suite des conclusions d'un rapport particulièrement alarmiste produit par l'Institut de la statistique du Québec en 2003.

Le ton catastrophiste qui règne autour des enjeux démographiques au Québec s'est aggravé à la suite des conclusions d'un rapport particulièrement alarmiste produit par l'Institut de la statistique du Québec en 2003. Ce document annonçait que la population du Québec allait stagner autour de 8 millions d'habitantes et habitants en 2031, pour ensuite décliner. Pourtant, les derniers chiffres, publiés en 2014, révisent ces prédictions à la hausse. La population devrait atteindre 9,2 millions de personnes en 2031 et ne devrait pas décliner par la suite. Cette augmentation s'explique à la fois par un allongement de l'espérance de vie (de 84,5 à 87,9 ans pour les hommes et de 88,6 à 90 ans pour les femmes), et par une augmentation des naissances (taux de fécondité passé de 1,5 à 1,7). Ce dernier facteur va permettre à la population en âge de travailler de se stabiliser au lieu de décroitre.

TABLEAU I
PRÉVISIONS DÉMOGRAPHIQUES POUR LE QUÉBEC

  Prévisions 2003 Prévisions 2014
Population estimée en 2031 8,1 millions 9,2 millions
Espérance de vie
  • Femmes
  • Hommes

  • 88,6 ans
  • 84,5 ans

  • 90,1 ans
  • 87,9 ans
Indice de fécondité 1,5 enfant 1,7 enfant

La stabilisation prévue de la population en âge de travailler vient donc réduire l'intensité d'une éventuelle pénurie de main-d'oeuvre généralisée. Par contre, on constate aussi à la figure 1 que le vieillissement de la population est bien réel. En effet, le nombre de personnes de 65 ans et plus va dépasser le nombre de jeunes de 19 ans et moins à partir de 2023.

Ces données récentes éclairent la conclusion d'Emploi-Québec :

« Il n'y aura pas de pénurie généralisée de main-d'oeuvre au cours des dix prochaines années (2015-2024). Toutefois, la rareté de main-d'oeuvre se fera sentir davantage pour certaines professions, dans certains secteurs et dans certaines régions. »

Les résultats des plus récents travaux d'Emploi-Québec démontrent que la rareté de main-d'oeuvre semble être un phénomène plutôt restreint à l'heure actuelle. Seules 38 des 424 professions soumises à l'étude présentent des signes de déficit de main-d'oeuvre (8 %)3.


3 EMPLOI-QUÉBEC (2013). Mémoire à la Commission des partenaires du marché du travail à la séance du 12 juin 2013, p. 3.