Le 8 décembre dernier avait lieu le 77e gala de l’Acfas (Association francophone pour le savoir), qui, chaque année, souligne l’apport infiniment important des chercheuses et chercheurs québécois pour la société.

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) était particulièrement fière d’y célébrer l’excellence d’une chercheuse d’ici : la professeure Marie Beaulieu. La CSQ lui a remis le prix Acfas Thérèse Gouin-Décarie 2021 pour les sciences sociales.

Sortir les aînés maltraités de l’invisibilité sociale

Décrite par ses pairs comme une gérontologue d’inspiration critique, Marie Beaulieu est professeure titulaire à l’École de travail social de l’Université de Sherbrooke et chercheuse au Centre de recherche sur le vieillissement du Centre de santé et de services sociaux de l’Estrie.

Marie Beaulieu

Depuis 35 ans, ses travaux de recherche l’ont amenée à participer à de nombreux mémoires et enquêtes visant à sortir de l’invisibilité sociale les personnes âgées en situation de maltraitance. Marie Beaulieu codirige depuis 2017 un centre collaborateur de l’Organisation mondiale de la santé dédié à la lutte contre la maltraitance et aux environnements amis des aînés.

Ces deux dernières années, la professeure a notamment contribué à un mémoire portant sur la maltraitance en CHSLD en contexte de pandémie, et à une enquête sur la maltraitance envers les personnes aînées vivant à domicile.

Comme Marie Beaulieu, la CSQ croit fermement en une société égalitaire qui respecte les droits et la dignité des aînés.

Toutes nos félicitations et nos remerciements à Marie Beaulieu, et à tous les lauréats et lauréates des prix Acfas 2021!