Centrale des syndicats du Québec (CSQ) - Single

Gabriel Danis Conseiller CSQ et responsable des dossiers jeunesse

Une politique jeunesse à une époque d'austérité

8 octobre 2015

La CSQ a rendu public un mémoire sur la question. Isabelle Noreau, présidente du Comité des jeunes de la CSQ, a participé à la table ronde nationale de consultation, le 24 septembre dernier. Elle était accompagnée de Daniel B. Lafrenière, secrétaire-trésorier de la CSQ et de Gabriel Danis.

La CSQ a rendu public un mémoire sur la question. Isabelle Noreau, présidente du Comité des jeunes de la CSQ, a participé à la table ronde nationale de consultation, le 24 septembre dernier. Elle était accompagnée de Daniel B. Lafrenière, secrétaire-trésorier de la CSQ et de Gabriel Danis.

Au moment où il impose des compressions sans précédent en éducation, le gouvernement mène une consultation en vue de renouveler la Politique québécoise de la jeunesse. Tout cela peut sembler bien surréel, voire paradoxal, puisque le milieu de l'éducation est, sans contredit, névralgique pour la jeunesse. Cet élément était d'ailleurs le fil conducteur du mémoire de la CSQ présenté, en septembre dernier, lors de la table ronde nationale de consultation.

D'emblée, il est difficile de décoder une ligne directrice pour cette nouvelle politique qui, rappelons-le, vise à donner des orientations à l'ensemble du gouvernement quant aux initiatives touchant les jeunes ainsi qu'à guider les différentes stratégies triennales d'Action Jeunesse. De fait, aucun bilan de la précédente politique, datant de 2001, et de ses stratégies n'a été présenté. On se demande encore sur quoi les orientations ont été définies et avec quels objectifs précis.

Des vœux pieux

Au total, Philippe Couillard – responsable des dossiers jeunesse – a retenu quatre axes pour articuler sa politique, soit les saines habitudes de vie, la persévérance et la réussite scolaires, l'entrée dans la vie économique ainsi que la citoyenneté active et plurielle. Malheureusement, outre quelques vœux pieux, on ne retrouve aucune véritable proposition concrète portant sur ces pôles d'intervention.

Des propositions concrètes

Pour sa part, la CSQ a structuré ses propositions autour de cinq thèmes qui constituent autant de priorités pour les jeunes de la CSQ, soit l'intimidation à l'école, une politique intégrée de persévérance scolaire qui mise sur la lecture, la précarité et l'insertion professionnelle de même que la conciliation famille-travail-études.

Un dossier à suivre

Rappelons que la première politique jeunesse avait prévu un Comité des partenaires, auquel la CSQ a pris part, visant à veiller au bon déroulement de la stratégie jeunesse. Or, au fil du temps, le comité a cessé ses activités. À cela, s'est ajoutée l'annonce surprise de l'arrêt du financement des Forums jeunesse régionaux.

La nouvelle politique jeunesse devrait prévoir à nouveau un tel comité ainsi que des mesures assurant un financement adéquat des Forums jeunesse régionaux afin que les jeunes soient réellement partie prenante d'une co-construction de la politique et de la stratégie jeunesse. Dans le cas contraire, cette nouvelle politique risque de ne pas être réellement mise en application.

La politique jeunesse devrait être dévoilée en décembre, alors que la Stratégie d'action jeunesse est prévue pour l'hiver. Cette dernière doit être précédée d'un appel d'offres de projets. La CSQ y sera alors présente, notamment pour défendre le projet d'engagement jeunesse soutenu par le mouvement EVB-CSQ, la Fondation Monique-Fitz-Back, Oxfam-Québec et Amnistie Internationale.