Soutien du Canada à Haïti

Montréal, le 9 décembre 2010

 

Le très honorable Stephen Harper
Premier ministre du Canada
24, Sussex Drive
Ottawa (Ontario) K1M 0A1
pm@pm.gc.ca, Harper.s@parl.gc.ca

 

L’honorable Lawrence Cannon
Ministre des Affaires étrangères
Chambre des communes
Ottawa (Ontario) K1A 0A6
Cannon.l@parl.gc.ca

 

Monsieur le Premier Ministre,
Monsieur le Ministre,

Je vous écris à titre de président de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) qui représente 180 000 travailleuses et travailleurs du secteur public québécois. Notre organisation est affiliée à l'Internationale des services publics (ISP), une fédération syndicale internationale qui représente plus de 20 millions de travailleuses et de travailleurs des services publics dans 150 pays à travers le monde, y compris en Haïti.

Il faut se rappeler qu’aussitôt après le séisme du 12 janvier, puis à l'occasion de la Conférence internationale des donateurs, le gouvernement canadien a promis son soutien, par le biais de diverses institutions et agences, ainsi que des aides financières pour contribuer à l'émergence d'un « meilleur Haïti ». À la face du monde, le gouvernement canadien, au nom de ses citoyennes et citoyens, a solennellement promis de venir en aide aux Haïtiens. Nous estimons que cette promesse reflétait notre rôle de citoyens du monde et notre engagement à travailler ensemble, en tant que communauté mondiale, pour bâtir des sociétés solides, durables et justes dans lesquelles chaque individu puisse vivre décemment.

Aujourd'hui, une autre tragédie frappe Haïti : une épidémie de choléra, qui résulte de l'absence d'infrastructures publiques accessibles à tous pour l'eau potable, l'assainissement et les soins de santé de qualité. Conséquence, nos camarades haïtiens paient de nouveau de leur vie cette situation intolérable.

Les soins de santé de qualité, l'eau potable et les systèmes d'assainissement efficaces sont des droits humains. Il en va de la vie et des ressources des Haïtiens.

Les promesses du Canada faites à Haïti n'ont pas été tenues. Nos membres et nos familles sont indignés. Nous ressentons un profond malaise en constatant que les engagements pris en notre nom n'ont pas été respectés.

Nous, membres de la CSQ, ainsi que nos collègues et partenaires de l'Internationale des services publics et d'autres organisations syndicales internationales, resterons vigilants et continuerons de rendre compte des réponses des gouvernements et des institutions à travers le monde. Nous continuerons de diffuser des rapports sur les actions menées par nos gouvernements.

Que compte faire votre gouvernement dans les semaines et les mois qui viennent ? Quand le Canada remplira-t-il ses promesses envers Haïti ?

Ces engagements doivent être tenus. Conséquemment, nous souhaitons une action rapide de votre gouvernement, et ce, conformément à ses promesses.

Je vous prie d’agréer l’expression de nos sentiments distingués.

 

Réjean Parent
Président
Centrale des syndicats du Québec (CSQ)

 

c.c. Internationale des services publics communications@world-psi.org