Éducation

Ce que les partis proposent

  Parti libéral du Québec Parti québécois Coalition avenir Québec Québec solidaire
Gouvernance et organisation scolaire
  • Grand chantier de rénovation des écoles (400 M$ supplémentaires pendant 10 ans).
  • Favoriser l’implantation de la programmation informatique et du codage dans la majorité des écoles primaires et secondaires, publiques et privées, d’ici l’année scolaire 2020-2021.
  • Implanter plus rapidement le cours d’anglais intensif en 5e et 6e année du primaire.
  • Gratuité réelle avec l’abolition des frais imposés par les écoles primaires et secondaires.
  • Investissements de 2,3 G$ pour rénover les écoles.
  • Que les commissions scolaires s’occupent de fournir le matériel nécessaire aux parents.
  • Obliger les écoles privées et les écoles publiques dotées de projets particuliers à accepter des élèves en difficulté ou handicapés.
  • Remplacer le cours Éthique et culture religieuse par un cours de « citoyenneté québécoise ».
  • Abolition des commissions scolaires et création de centres de services aux écoles.
  • Accorder plus de pouvoir aux conseils d’établissement.
  • Protecteur de l’élève régional et indépendant des commissions scolaires accessible aux parents et aux élèves du public et du privé.
  • Gratuité complète de l’éducation pour les enfants de 0 à 17 ans (cout : 950 M$).
  • Investir 2 G$ dans l'entretien des établissements scolaires et dans l'embauche de personnel.
Taxation et élections scolaires
  • Un seul taux régional de taxe scolaire (cout : 900 M$).
  • Report des élections scolaires à novembre 2020.
  • Élections scolaires en même temps que les élections municipales.
  • Un seul taux de taxe scolaire uniformisé à l’échelle du Québec (cout : 1,6 G$).
  • Abolition des élections scolaires.
 
Écoles privées
  • Contre une abolition du financement public des écoles privées, mais souhaite que ces écoles accueillent plus d’élèves en difficulté.
  • Diminuer de façon significative et graduelle le financement public des écoles privées.
  • Contre une abolition du financement public des écoles privées.
  • Abolition progressive, en quatre ans, du financement public des écoles privées.
Condition enseignante
  • Ajout d’une professionnelle ou un professionnel ou d’un membre du personnel enseignant dans chacune des classes de maternelle et de première année.
  • Élimination des six premiers échelons de la grille salariale. Salaire à l’entrée de 53 000 $.
  • Réviser et rehausser la formation initiale des étudiantes et étudiants au baccalauréat en enseignement.
  • Créer un examen national de maitrise du français qui remplacera l’examen actuel.
  • Rétablir des classes adaptées aux élèves avec besoins particuliers.
  • Rémunérer les stages des étudiantes et étudiants en enseignement.
  • Travailler avec les enseignantes et enseignants à définir une politique de développement professionnel du personnel enseignant, incluant une obligation pour chacun de se doter d’un plan de développement professionnel.
  • Évaluer la pertinence d’ajouter une maitrise qualifiante de deux ans afin de permettre deux voies d’accès à la profession.
  • Valoriser le travail des enseignantes et enseignants afin de tenir compte de la lourdeur de la tâche, tout en travaillant à l’amélioration de leurs conditions de travail.
  • Réduire le ratio maitre-élèves.
  • Création d’un ordre professionnel pour les enseignantes et enseignants.
  • Resserrer les critères d’entrée à la profession.
  • Réintégrer les conseillers pédagogiques dans le corps professoral, tout en maintenant leurs fonctions.
  • Créer des postes particuliers d’enseignantes et enseignants experts et émérites.
  • Trois des vingt journées pédagogiques dédiées exclusivement à la formation continue.
  • Élimination des quatre premiers échelons de la grille salariale. Salaire à l’entrée de 53 000 $.
  • Mentor pour chaque jeune enseignante ou enseignant au cours des cinq premières années.
  • Limiter le nombre d’élèves avec besoins particuliers par classe.
  • Respecter l’autonomie professionnelle du personnel enseignant.
  • Réviser la formation à l’enseignement en consultation avec le personnel enseignant.
  • Impliquer les enseignantes et enseignants dans tout processus de modification des régimes pédagogiques.
  • Alléger la tâche enseignante pour reconnaitre toutes les heures travaillées.
  • Réduire la précarité du personnel enseignant.
  • Augmenter le salaire du personnel enseignant.
  • Réduire le nombre d’élèves par classe, notamment au secondaire.
Autres
  • En situation d’apprentissage jusqu’à 18 ans ou jusqu’à l’obtention d’un premier diplôme ou d’une première qualification.
  • Implanter un gymnase dans toutes les écoles primaires d’ici 4 ans.
  • Les élèves du primaire bougeront 60 minutes par jour.
  • Les examens d’éducation physique au primaire seront abolis.
  • Gratuité de la formation professionnelle à temps partiel dans des secteurs priorisés par les milieux.
  • École obligatoire jusqu’à 18 ans ou à l’obtention d’un diplôme.
  • Mettre graduellement fin à toute forme de financement public pour les garderies et les établissements d’enseignement à vocation religieuse ou confessionnelle.
  • Intégrer une heure d’activité physique par jour à l’école, de la maternelle au cégep, sous la supervision du personnel enseignant en éducation physique.
  • Une grande corvée pour faire reculer l’analphabétisme.
  • Adopter un projet de loi établissant un bouclier de protection budgétaire pour les services à l’éducation, à l’enfance et à la protection de la jeunesse.
  • Instaurer un seuil garanti de services professionnels directs aux élèves qui fréquentent l’école publique et les centres de formation des adultes.
  • Engagement à implanter un service de repas sains dans les écoles primaires du Québec, de 1 $ à 5 $ par jour.
  • Implanter un corpus d’œuvres littéraires québécoises classiques au secondaire, offrir un livre québécois à tous les élèves du primaire tous les ans (5 M$) et créer un passeport culturel pour les élèves de 3e, 4e et 5e secondaire.
  • École obligatoire jusqu’à 18 ans ou à l’obtention d’un diplôme.
  • Plancher de services professionnels dans toutes les écoles.
  • Une heure d’activité parascolaire supplémentaire par jour. Plus de sports, d’activités culturelles et d’aide aux devoirs, jusqu’à 17 h.
  • Ajout de tutrices et tuteurs pour les élèves vulnérables.
  • Minimum de deux périodes de récréation par jour d’au moins 20 minutes dans toutes les écoles primaires.
  • Création d’un institut national d’excellence en éducation.
  • Embauche de plus de personnel professionnel et de soutien.
  • Instaurer un seuil minimum de personnel professionnel et de soutien pour les petites commissions scolaires et un ratio professionnel-élèves dans l’ensemble du réseau scolaire.
  • Développer des activités parascolaires gratuites dans toutes les écoles primaires et secondaires publiques.

Document pertinent