Centrale des syndicats du Québec (CSQ) - Nouvelle

Droits syndicaux et relations du travail

21 mars 2014

Sur le plan des droits du travail, le PQ n’avait fait que trois promesses. La première visait à « moderniser les dispositions relatives aux briseurs de grève et modifier le Code du travail pour interdire le recours aux services et produits du travail provenant de l’extérieur de l’établissement en grève ou en lock-out ». La deuxième consistait à « adopter une loi afin de protéger les régimes de retraite des travailleurs et des travailleuses en s’assurant que les contributions des employeurs soient insaisissables lors d’une vente, d’une restructuration ou d’une faillite ». La troisième s’intéressait à « protéger les travailleuses et les travailleurs qui sont embauchés par des agences de placement temporaire ».

Le gouvernement Marois n’a rien fait en ce domaine. Si le PQ devait être réélu, il serait nécessaire de le lui rappeler, car il s’agit de dossiers urgents, notamment le renforcement de la loi anti-briseurs de grève qui a disparu du programme du PQ. La question des agences de placement constitue aussi un enjeu majeur, car le gouvernement fédéral garantit maintenant à tout employeur qui en fait la demande d’obtenir rapidement les certificats nécessaires pour l’importation du nombre et du type de travailleuses et travailleurs. Il s’agit non seulement de combler des emplois peu qualifiés, mais aussi des emplois qualifiés.

Cette stratégie de recrutement direct est réalisée par des agences de placement ici et à l’étranger. De plus, le gouvernement fédéral a énoncé de nouvelles règles de rémunération pour les travailleuses et travailleurs migrants embauchés par les agences qui pénalisent fortement ces personnes, tant sur le plan salarial que sur celui de la protection sociale. Ainsi, ces règles font en sorte que ces travailleuses et travailleurs n’ont pas le droit de se syndiquer et qu’ils n’ont pas non plus droit à des avantages sociaux. Le gouvernement du Québec doit s’opposer vigoureusement à ces politiques du gouvernement fédéral conservateur.