Centrale des syndicats du Québec (CSQ) - Nouvelle

Stages | Mettons fin aux injustices!

12 février 2019

Ces jours-ci, les efforts de mobilisation des étudiantes et étudiants concernant les stages reprennent de plus belle.

C’est un bon moment pour rappeler au gouvernement, et plus particulièrement au ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, que son plan de match en vue d’améliorer les conditions de stages, présenté en janvier, devra aboutir rapidement sur des résultats concrets.

En effet, il est plus que temps de mettre fin au traitement inéquitable que subissent de nombreux stagiaires au Québec. Toute réponse devra assurer la sécurité, la dignité et le bien-être des stagiaires, en plus de tenir compte de la diversité des stages et des milieux dans lesquels ils se déroulent.

Il faut mettre fin aux injustices et à la gestion arbitraire qui prévalent actuellement. Il est nécessaire de remettre les choses en ordre et surtout d’avoir une vision plus large du dossier. Une vision à la grandeur du Québec. 

Il est important de rappeler que ces inégalités touchent en particulier les femmes.

Je pense tout particulièrement aux stagiaires qui souhaitent exercer une profession dans le réseau public, parapublic et le secteur communautaire, domaines où les travailleuses sont majoritaires.

L’amélioration des conditions de stages, qu’elle soit d’ordre financier ou qu’elle soit liée à un meilleur encadrement, devra passer par l’ajout de ressources.

Certains gains récents, comme l’obtention d’une compensation pour les étudiantes et étudiants à l’internat en psychologie et pour les stages de prise en charge en enseignement, en témoignent.

Ces avancées ne sont pas tombées du ciel. Elles sont le fruit de la mobilisation de plusieurs groupes étudiants dont nous saluons l’engagement. Nous savons que le ministère planche sur la question des stages depuis plusieurs mois.

Le ministre a certainement une orientation sur le sujet. Qu’attend-il pour soumettre ses propositions à la discussion afin d’alimenter concrètement la démarche?

L’annonce de son plan de match, dont la conclusion coïncide avec la fin de session collégiale et universitaire à la fin avril, nous amène à demeurer très vigilants.

Nous suivrons l’initiative du ministre de près. Nous attendons des gestes concrets de sa part, des solutions justes et équitables pour les stagiaires du Québec.

Sonia Ethier, présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ)