Possible

29 mars 2017

Les règles de l’accord de possible peuvent différer légèrement d’une grammaire à l’autre. L’usage généralement recommandé, et qui s’avère assez facile à retenir, est décrit ici, mais sachez que ce mot peut être accordé différemment sans qu’il s’agisse nécessairement d’une erreur.

Les règles de l’accord de possible peuvent différer légèrement d’une grammaire à l’autre. L’usage généralement recommandé, et qui s’avère assez facile à retenir, est décrit ici, mais sachez que ce mot peut être accordé différemment sans qu’il s’agisse nécessairement d’une erreur.

Possible est invariable lorsqu’il se rapporte à le plus, le moins, le mieux, ainsi que dans les expressions aussi... ou autant... que possible. Il remplace alors « qu’il est possible ».

Exemples :

Ils essaient d’être le plus calmes possible dans les circonstances.

Elle cherche à payer le moins possible d’impôts.

Vous patinerez le mieux possible.

Nous serons aussi persuasifs que possible.

Ce mot est variable dans les autres cas. Quand il qualifie un nom, il s’accorde avec ce nom.

Exemples :

La Côte-Nord est une destination possible.

Nous lui avons présenté tous les arguments possibles.

Faites preuve de toute la délicatesse et de toute la discrétion possibles.

Quand il suit un adjectif au superlatif dont l’article est au pluriel (soit les pires, les meilleurs, etc., ou un adjectif précédé de les plus, les moins), il prend la marque du pluriel.

Exemples :

Optez pour les pluscourts trajets possibles.

Prévoyez lesarrêts les moins longs possibles.

Tu étudies dans les pires conditions possibles.

Enfin, dernière petite précision, si possible suit un nom qui est complément d’un adjectif au superlatif, il s’accorde avec le nom.

Exemples :

Il a choisi le plus petit de tous les hôtels possibles.

Cette équipe a obtenu le meilleur des résultats possibles.

Saviez-vous que…?

Malaisant est bien français. Même s’il est à peu près inexistant dans les dictionnaires, il est présent dans les médias. Pour dire qu’une situation « crée un malaise » ou « met mal à l’aise », on la qualifie de malaisante. C’est court, expressif et ça ne contrevient à aucune des règles du français. L’Office québécois de la langue française confirme d’ailleurs que son emploi n’est pas propre au Québec et qu’on le retrouve dans les journaux de France, notamment. Si l’on hésite encore à l’employer, on peut avoir recours à inconfortable, gênant, embarrassant ou à qui crée un malaise, qui met mal à l’aise, qui embarrasse, qui provoque une certaine gêne. Il est toutefois fort possible que malaisant, que certains trouvent « malsonnant », se taille une place dans les dictionnaires si sa popularité se maintient.