On considère que l’ajout de volontiers après le verbe préférer produit un pléonasme. En effet, selon la Banque de dépannage linguistique, ce verbe signifie « marquer une inclination particulière à l’endroit de quelque chose ou de quelqu’un », et l’adverbe volontiers véhicule aussi l’idée d’inclinaison dans sa définition : « par une inclinaison naturelle, avec plaisir, sans peine ». On corrigera alors cette redondance en supprimant un des deux termes.

Exemples :

Elle préfère la froideur de l’hiver aux canicules estivales. (et non : elle préfère volontiers)

Nous retournons volontiers à cet endroit tous les ans. (et non : nous préférons volontiers retourner)

Saviez-vous que…?

Moi personnellement je…, expression couramment utilisée comme introduction pour donner son avis, s’avère aussi un pléonasme qu’on corrigera par la suppression. Moi je ou personnellement je suffit amplement à la tâche. En utilisant l’une ou l’autre des solutions de rechange, on met plutôt l’accent sur le message à transmettre au lieu de le mettre sur soi-même.