Être contraint, c’est être forcé de faire quelque chose contre son gré, donc malgré soi, d’où le pléonasme puisque l’idée de contrainte est présente deux fois. On aura compris qu’utiliser l’un ou l’autre des termes est suffisant.

Par contre, l’expression contraint et forcé, qui est aussi redondante, est une locution figée admise par l’usage.

Exemples :

Ils ont contraint le chauffeur à s’arrêter. (et non : contraint le chauffeur à s’arrêter malgré lui)

Elle doit malgré elle quitter le pays pour rejoindre sa famille. (et non : elle est contrainte malgré elle de quitter)

Ce n’est que contrainte et forcée que j’accepterai cette responsabilité.

Saviez-vous que…?

Il existe différents types de chômage, dont : le chômage cyclique, qui se produit en période de récession; le chômage saisonnier, qui est relié aux secteurs à caractère saisonnier; le chômage frictionnel, qui concerne la période d’inactivité entre deux emplois; et le chômage structurel, qui est attribuable à des changements dans les structures de l’économie et qui mène souvent à une réorientation de carrière. Ces informations sont tirées de L’infolettre linguistique de l’Office québécois de la langue française, qui traite des différents outils linguistiques mis à notre disposition, des néologismes, des actualités liées à notre langue et de bien d’autres sujets. Pour la recevoir, il suffit de remplir le formulaire d’abonnement qui se trouve au bas de la page d’accueil du site Office québécois de la langue française.