Une année scolaire hors de l’ordinaire prend fin cette semaine. Une année que les élèves et le personnel ne sont pas près d’oublier.

Avant ce fameux mois de mars 2020, le terme « pandémie » n’était rien de plus qu’un mot se trouvant sous la lettre « P » dans le dictionnaire. Aujourd’hui, il fait partie de notre langage quotidien, et il suffira désormais de l’entendre prononcer pour que ressurgissent en nous des émotions très fortes.

Un quotidien bouleversé

Ce sera certainement le cas pour le personnel de l’éducation, notamment les enseignantes et les enseignants, le personnel de soutien et le personnel professionnel à l’emploi des établissements d’enseignement privés. Ces femmes et ces hommes se sont surpassés, au cours des derniers mois, par leur professionnalisme et leur bienveillance dans leur travail quotidien auprès de nos jeunes.

Le virus de la COVID-19 a fait irruption du jour au lendemain dans nos vies, sans prévenir personne. Les vies personnelles et professionnelles de tout le monde ont été sérieusement bousculées. Ce changement soudain a été particulièrement difficile et intense pour mes collègues de l’enseignement privé.

Présents dans la tempête

En l’espace de quelques heures, enseignantes et enseignants ont dû adapter leurs pratiques professionnelles à une situation jamais vécue jusqu’alors. Malgré leur propre insécurité, leurs inquiétudes pour eux-mêmes et leurs proches, ils ont multiplié les efforts pour poursuivre leur enseignement auprès des élèves, tant en présentiel qu’à distance.

Même attitude chez le personnel professionnel, qui, tout au cours de la pandémie, a continué d’intervenir auprès des élèves ayant des besoins particuliers afin de les aider et de les accompagner sur le chemin de la réussite scolaire. Et que dire du travail important accompli par le personnel de soutien, dont le travail nous a permis de réintégrer nos écoles dans un environnement sain et sécuritaire pour tout le monde : les élèves, le personnel et la direction.

Pour toutes ces raisons, et bien d’autres, le personnel de l’éducation mérite notre plus grand respect et d’être entendu lorsqu’il réclame des ressources supplémentaires, un retour à l’enseignement en présentiel et un environnement de travail sécuritaire.

Un été pour se déconnecter

À la veille des vacances, je souhaite à toutes les équipes, dans les écoles, un bon repos et une pause estivale bien méritée. J’espère également que vous profiterez des prochaines semaines pour vous déconnecter et revenir en pleine forme en septembre. Prenez bien soin de vous.

En terminant, je vous remercie mille fois pour votre contribution essentielle et remarquable à l’éducation au Québec. Bonnes vacances.

Par Stéphane Lapointe, président de la Fédération du personnel de l’enseignement privé (FPEP-CSQ)