Une cinquantaine d’intervenantes des centres à la petite enfance syndiquées à la FIPEQ-CSQ, affiliée à la CSQ, tiendront une mobilisation éclair ce midi, au parc de l’Amérique-Française à Québec, tout près des bureaux de la ministre de la Famille, Yolande James.

Québec, le 17 mai 2012. – Une cinquantaine d’intervenantes des centres à la petite enfance syndiquées à la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ), affiliée à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), tiendront une mobilisation éclair ce midi, au parc de l’Amérique-Française à Québec, tout près des bureaux de la ministre de la Famille, Yolande James.
La présidente de la FIPEQ-CSQ, Mme Sylvie Tonnelier, soutient que cet événement vise à rappeler à la ministre James et à son gouvernement que même si les négociations progressent dans le bon sens, quelques points demeurent en suspens, pour lesquels il faut en arriver à une entente satisfaisante.
Revendication sur la formation et le perfectionnement
En effet, le principal point qui demeure en litige porte sur la formation et le perfectionnement des intervenantes. La FIPEQ-CSQ demande que tous les employeurs s’engagent à consacrer au moins 1 % de leur masse salariale à cette fin. Il faut préciser que la Loi favorisant le développement et la reconnaissance des compétences de la main-d’œuvre ne rend une telle disposition obligatoire que pour les employeurs dont la masse salariale de leur entreprise est d’au moins 1 million de dollars par année.
« La majorité des CPE où travaillent nos intervenantes se conforment déjà à l’esprit de cette Loi, soit parce que celle-ci les y oblige ou bien parce qu’ils le font sur une base contractuelle en vertu des conventions collectives en vigueur. Pour tous, il ne fait aucun doute que toutes les éducatrices devraient avoir la possibilité de rafraîchir et d’améliorer leurs connaissances, peu importe la dimension du CPE. Cela est dans l’intérêt de nos membres, mais également des employeurs qui partagent notre souci d’offrir aux parents et à leurs enfants des services de grande qualité », argumente Mme Tonnelier.
La présidente de la FIPEQ-CSQ précise que ce besoin de maintenir la formation des éducatrices à jour est d’autant plus essentiel dans le contexte où les CPE accueillent un certain nombre d’enfants présentant des besoins particuliers.
Le scénario de la mobilisation
La mobilisation éclair au parc de l’Amérique-Française aura lieu à compter de midi et durera une quinzaine de minutes. Les intervenantes présentes demeureront immobiles et garderont le silence durant quelques minutes pour souligner que dans l’intérêt des enfants du Québec, les employeurs ne peuvent arrêter d’investir dans le développement des compétences des intervenants et rappeler par la même occasion à la ministre Yolande James qu’il est plus que temps de conclure positivement cette négociation qui a suffisamment duré.
Rappelons que la CSQ et la FIPEQ-CSQ sont les organisations syndicales les plus représentatives dans le secteur de la petite enfance au Québec.
Profil
La Centrale des syndicats du Québec représente plus de 190 000 membres, dont plus de 13 580 intervenantes en milieu familial et plus de 1700 travailleuses dans les installations des CPE. Celles-ci sont regroupées au sein de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ). La CSQ est également présente dans les secteurs de l’éducation, de la santé et des services sociaux, du municipal, des loisirs, de la culture, du communautaire et des communications.