Lorsque des informations confidentielles sont révélées, on entend parfois dire qu’il y a eu coulage d’information. Il s’agit d’une mauvaise traduction du terme anglais information leak qu’il vaut mieux remplacer. En bon français, une fuite, une indiscrétion ou des révélations sont les mots qui décrivent cette situation. L’Office québécois de la langue française (OQLF) fait aussi référence à divulgation et communication d’information comme solutions de rechange.

Le même phénomène se produit avec l’expression couler de l’information. On rencontre aussi faire couler ou laisser couler de l’information. Contrairement à l’anglais to leak information, le français ne permet pas l’utilisation du verbe couler dans ce sens lorsqu’il s’agit d’information. Les verbes à utiliser pour illustrer cet acte sont : dévoilerdiffuserdivulguercommuniquerfournirrendre publiquerévélerébruiterlaisser filtrer ou laisser transpirer de l’information.

Saviez-vous que…?

Contrairement à d’autres formules tirées de l’anglais, l’expression coulé dans le béton (ou coulé dans le ciment) est passée dans l’usage et est acceptée dans la langue familière. Traduction d’embedded in concrete, cette expression est employée assez fréquemment au Québec pour signifier que quelque chose est définitif, décidé de manière irrévocable. Si l’on veut s’exprimer de façon plus neutre, l’OQLF nous suggère les tournures gravé dans le marbre ou inscrit dans le marbre ainsi que les adjectifs immuableirrémédiableirrévocableirréversibleinattaquablefixé ou réglé.