L’adjectif biaisé est employé correctement lorsqu’il a le sens de « détourné, déformé, fallacieux, légèrement faussé par rapport à la réalité ». Un sondage, un estimateur, un débat ou un résultat, par exemple, peuvent être biaisés.

Ce terme constitue cependant un anglicisme lorsqu’on lui donne le sens de « partial, subjectif, préconçu, tendancieux, qui contient un préjugé ».

Exemples :

L’enseignante ne doit pas être subjective lorsqu’elle accorde des notes. (et non : ne doit pas être biaisée)

Il a tenu des propos tendancieux. (et non : des propos biaisés)

Ses commentaires dénotaient une opinion préconçue. (et non : une opinion biaisée)

Cet article est écrit par une journaliste qui a des préjugés. (et non : qui est biaisée)

Saviez-vous que…?

Être aidant, c’est contribuer au développement d’une personne ou à son bienêtre psychologique. Cet adjectif est donc bien employé en parlant d’un guide aidant, d’une personne aidante, d’une attitude aidante, d’une communauté aidante. Par contre, il ne signifie pas « utile, profitable, avantageux, bénéfique ». On ne peut donc pas dire, par exemple, que de consulter un site Internet, de planifier ses repas, d’être attentif en classe, c’est aidant. On choisirait plutôt un autre adjectif, parmi les précédents.