La neige est source de fascination et a donné naissance à un vocabulaire imagé. Le scots, un dialecte régional d’Écosse parlé par 1,6 million de personnes, compte à lui seul 421 mots pour la décrire, ce qui constitue un record.

Le Québec n’est pas en reste, avec son vocabulaire et ses expressions bien à lui. Nul besoin de décrire ce qu’est de la gadoue, de la poudrerie ou un banc de neige. Ces mots tout à fait corrects sont des québécismes.

Parmi les expressions imagées typiquement de chez nous, on trouve tomber des peaux de lièvre et tomber des poils de lièvre. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean et dans d’autres régions, il tombe des peaux de lièvre quand les flocons sont très gros, ressemblant un peu à des boules de ouate. À l’inverse, il tombe des poils de lièvre lorsque la neige est légère.

Enfin, signe annonciateur des beaux jours, la bordée des sucres, aussi appelée tempête des sucres, est une tempête printanière de neige épaisse et mouilleuse, souvent la dernière de l’hiver, qui tombe, bien sûr, durant le temps des sucres.

Saviez-vous que…?

Avoir déjà vu neiger est aussi une expression typiquement québécoise dont la signification se trouve dans la liste des québécismes produite par le dictionnaire Usito. Y sont répertoriés les mots et les expressions caractéristiques du français au Québec, tant ceux dont on recommande l’utilisation que ceux qu’il faut éviter. Cette liste est tout à fait étonnante, autant par la quantité de termes qu’elle contient que par ces termes eux-mêmes. Pour la consulter : usito.usherbrooke.ca/index/particularismes/qu%C3%A9b%C3%A9cismes/a#a.