Le verbe aller peut nous conduire à bien des endroits… et même à commettre des anglicismes. Voyons lesquels.

D’abord pour demander la révision d’un jugement prononcé, aller en appel, n’est pas la voie à suivre. Copiée sur to go on appeal, cette expression doit être remplacée par porter en appel, interjeter appel, en appeler de.

Parlons ensuite d’aller sous presse, calque de to go to press, auquel on substituera mettre sous presse pour indiquer que l’on commence l’impression d’une publication.

Aller en grève, tirée de to go on strike, constitue une autre formulation à éviter. On lui préfèrera déclencher une grève, se mettre en grève, débrayer.

Enfin pour corriger aller en élections, expression empruntée à l’anglais to go to the polls, ce n’est pas le choix qui manque : déclencher des élections, tenir des élections, convoquer des élections, décréter des élections.

Saviez-vous que…?

On pourrait aussi dire : déclencher, tenir, convoquer, décréter une élection. Le mot élection peut s’employer aussi bien au singulier qu’au pluriel lorsqu’il désigne le processus par lequel des personnes choisissent par vote celles et ceux qui vont les représenter. Le scrutin est alors vu comme une seule procédure globale alors que, lorsqu’on utilise le pluriel, il est vu comme un ensemble de procédures. Le pluriel est toutefois plus fréquent.