Mythe n° 4

Les classes réservées aux garçons favoriseraient leur réussite scolaire

16 mars 2012

Pour les tenants du discours alarmiste sur le décrochage scolaire des garçons, une des solutions au problème serait d’offrir aux garçons un environnement spécifique pour leur apprentissage, c’est-à-dire des classes réservées uniquement pour eux. Encore aujourd’hui au Québec, cette solution est mise de l’avant par certaines directions d’école. Est-ce vraiment efficace pour aider les garçons ?

Au Québec, au début des années 2000, plusieurs expériences de classes réservées aux garçons ont été tentées afin de favoriser une plus grande réussite scolaire chez ces derniers. Toutefois, elles ont toutes été abandonnées, car aucune amélioration de la performance scolaire des garçons n’a été enregistrée. Jusqu’à présent, aucune étude sérieuse n’a pu démontrer le bien-fondé des classes réservées aux garçons et l’impact sur la réussite scolaire de ces derniers5.

Citation du magazine ScienceDans les classes réservées aux garçons, plusieurs effets négatifs sont constatés : il y a un risque de diminution des attentes à l’égard des garçons, un encadrement plus autoritaire des problèmes de discipline et l’expression de comportements homophobes envers les garçons qui répondent moins aux modèles masculins attendus. Il y a également le risque de reproduire dans ces classes des représentations stéréotypées des genres, en ajustant les contenus des cours aux intérêts qu’on associe généralement aux garçons (ex. : proposer des thèmes de lecture autour du sport et de l’automobile)6. Des recherches indiquent que lorsque des
résultats positifs sont constatés dans des classes non mixtes, ils résultent plus vraisemblablement de facteurs liés aux approches pédagogiques diversifiées que de la ségrégation entre les sexes7.

Les classes non mixtes ne sont pas une solution au décrochage des garçons, car elles n’ont aucun effet sur leur performance scolaire. De plus, ces classes renforcent les stéréotypes chez les garçons.


5 Voir les études suivantes : MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DU QUÉBEC (2004). La réussite scolaire des garçons – Des constats à mettre en perspective – Rapport synthèse, Québec. HALPERN, Diane F. et autres (2011). « The Pseudoscience of Single-Sex Schooling », Science, vol. 333, no 6050, 23 septembre, p. 1706-1707. COMMISSION EUROPÉENNE (2010). Différence entre les genres en matière de réussite scolaire : étude sur les mesures prises et la situation actuelle en Europe, Bruxelles, Eurydice.
6 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE – SÉNAT (2003). La mixité menacée ? Rapport d'information sur l'activité de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes pour l'année 2003, [En ligne].
7 BRACEY, G. (2006). Separate But Superior? A Review of Issues and Data Bearing on Single-Sex Education, Tempe, AZ : Arizona State University, College of Education, Education Policy Research Unit.
8 HALPERN, Diane F. et autres (2011). « The Pseudoscience of Single-Sex Schooling », Science, vol. 333, no 6050, 23 septembre, p. 1706-1707, [En ligne].