J'aime
Tweeter
+1

Des stéréotypes nuisibles pour nos jeunes

Les stéréotypes sexuels et sexistes ont des effets importants sur les filles et les garçons.

Ils sont susceptibles d’entrainer des répercussions négatives sur leur réussite scolaire, le choix de leur métier ou profession, l’appréciation de leur image corporelle, leur attitude face au partage des responsabilités dans la famille et, évidemment, leur vie affective et amoureuse. C’est pourquoi il est important d’agir.

La socialisation non stéréotypée : un impératif

Plusieurs études le démontrent : lorsque les filles et les garçons sont socialisés de manière non stéréotypée, leurs comportements dépendent davantage de leur personnalité que de leur sexe1.

Voilà pourquoi il est essentiel de lutter contre les stéréotypes sexuels et de promouvoir des rapports égalitaires. Ces éléments sont d'ailleurs au cœur des projets pilotes en éducation à la sexualité du ministère de l'Éducation, lesquels sont réalisés actuellement dans une quinzaine d'écoles.

Chaque petit geste compte!

Comment le personnel des services de garde éducatif à l'enfance et des établissements scolaires peut-il agir efficacement auprès des jeunes?

Voici quelques pistes d'action permettant de mieux accompagner les filles et les garçons dans l'accomplissement de leur plein potentiel, et ce, dès leur plus jeune âge :

Services de garde éducatifs à l'enfance

  • Éviter les thèmes d'activités empreints de stéréotypes (exemple : la semaine des chevaliers) et privilégier plutôt les thèmes sans connotation sexuée (exemple : une semaine à la mer).
  • Éviter que l'espace soit divisé en aires de jeu pour les filles et en aires de jeu pour les garçons.
  • Encourager les enfants à choisir des activités ou des jouets non associés à leur sexe.

Au primaire

  • Encourager les élèves de façon égale.
  • Amener les enfants à faire preuve d’ouverture par rapport aux choix des autres enfants. Démontrer que le sexe d’une personne ne la limite pas dans les choix de jouets ou d’activités.
  • Éviter de laisser les élèves dans le doute lorsqu’ils ne se conforment pas aux stéréotypes et corriger les enfants qui font des commentaires sur ces comportements ou s’en moquent.

Au secondaire

  • Complimenter les élèves sur ce qu’ils sont et non sur leur apparence.
  • Aider les jeunes à poser un regard critique sur les normes de beauté (modèle unique de beauté, utilisation de Photoshop, faible diversité corps-ethnie-âge).
  • Enseigner le respect d’autrui et la non-tolérance envers les moqueries et les insultes sexualisées.

Pour en savoir plus

Ce dossier reprend des contenus du projet du Secrétariat à la condition féminine, dont le site sansstereotypes.com propose une mine d’information et d’outils à l’intention des parents ainsi que du personnel de l’éducation et de la petite enfance.

Sexuels ou sexistes, les stéréotypes? Des concepts à définir

Les stéréotypes sexuels attribuent des rôles, des comportements ou des caractéristiques à des personnes en fonction de leur sexe, sans égard à leur individualité2.

Qu’ils aient une connotation positive ou négative – par exemple, les garçons sont fonceurs et les filles sont douces –, ils limitent le développement individuel et social des personnes et servent à affirmer, d’une façon ou d’une autre, une supériorité vis-à-vis la personne ou le groupe concernés . Ils traduisent aussi un jugement réducteur et figé sur le rôle et la place des filles et des garçons dans les rapports sociaux.

Les stéréotypes sexistes, quant à eux, sont des stéréotypes sexuels qui deviennent explicitement grossiers et discriminatoires, le plus souvent envers les filles et les femmes.

Par exemple : les femmes misent sur leur apparence et la sexualité pour réussir, alors que les hommes utilisent leur leadeurship et leur sens des affaires. Ces affirmations mènent à penser que les femmes n’ont pas les compétences, l’intelligence ou le leadeurship requis pour certains postes3.


1 STANTON, D. (2010). Les stéréotypes sexuels : casser le moule.
2 DUCHESNE, Geneviève, et Julie LEFEBVRE (2014). L’Homophobius : Pas de place pour l’homophobie et les stéréotypes sexuels à l’école, Guide d’animation primaire, Institut Pacifique, ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, 31 p.
3 DESCARRIES, Francine, et Marie MATHIEU (2010). Entre le rose et le bleu : stéréotypes sexuels et construction sociale du féminin et du masculin, Résumé, Conseil du statut de la femme, 31 p.