Centrale des syndicats du Québec (CSQ) - Single

Nicole de Sève, Collaboration

Palestine : une enseignante d'ici témoigne

11 mars 2016

Une délégation syndicale de huit personnes a participé à un stage en Palestine organisé par le Centre international de solidarité ouvrière (CISO), en septembre 2015. Deux membres de la CSQ, Lucie Dumoulin et Catherine Babin1 étaient du nombre. Lors du Conseil général de la Centrale, en janvier dernier, Lucie Dumoulin a témoigné de son expérience.

« Avant ce voyage, je saisissais de façon très vague qu'un peuple quelque part au Moyen-Orient se bat pour son territoire. En fait, je n'avais compris qu'une infime partie d'une réalité beaucoup plus grande. »

Le choc est brutal pour Lucie Dumoulin. « Les territoires palestiniens sont cernés par Israël. Pour se déplacer, il faut traverser les checkpoints et subir l'humeur des soldats surveillant. » Ces contrôles rythment le séjour de la délégation. « On dormait à des endroits différents chaque soir. Le jour, on se déplaçait de territoire en territoire. »

Le stage est intense. Pendant douze jours, c'est la visite des quartiers, des colonies israéliennes, des villes enclavées, des camps de réfugiés, des camps de Bédouins. Les rencontres avec les organisations syndicales, les organisations de défense des droits de la personne et de solidarité se succèdent. Les échanges avec des intellectuels, des militantes et des militants palestiniens ou israéliens et des groupes de femmes sont passionnants et riches d'informations.

« Nous avons rapidement constaté le non-respect des conventions internationales. Le mur, la multiplication des colonies illégales de peuplement israélien, les déplacements forcés de populations, la monopolisation des ressources et les contrôles militaires briment les droits fondamentaux des Palestiniens. La fragmentation du territoire menace l'accès aux écoles pour les enfants et la survie économique de villages entiers, Israël accaparant illégalement les terres agricoles et les ressources en eau. »

L'espoir, le seul et unique port d'attache

« Quand universités et écoles sont bombardées ou volontairement détruites, quand étudiants et professeurs sont dans l'impossibilité d'atteindre leurs salles de cours à cause des checkpoints militaires, du mur de l'apartheid ou des gaz lacrymogènes fournis, notamment, par les États-Unis, quand les conférenciers étrangers sont quotidiennement privés par Israël du droit d'entrer dans les Territoires occupés, quand les institutions d'enseignement sont incapables d'importer du matériel ou des manuels scolaires, on peut imaginer les difficultés rencontrées par les jeunes Palestiniens dans leur parcours académique. »

Lucie Dumoulin revient bouleversée de son stage. Elle en retient l'attachement d'une population à son territoire, l'espoir d'une libération et, qu'un jour, justice lui sera rendue.

2 856, c'est le nombre d'écoles primaires et secondaires en Palestine, dont 349 sont administrées par l'UNRWA2 (camps de réfugiés) et 49 sont des institutions postsecondaires, incluant 14 universités.
3 000, c'est le nombre de salles de classe manquantes à Jérusalem-Est3.
À Gaza, il est pratiquement impossible de réparer ou de reconstruire les 273 écoles et les 12 institutions d'enseignement postsecondaire endommagées ou détruites par l'armée israélienne en août 2014.

Le CISO a besoin de notre appui

En adhérant au CISO, en tant que membre individuel ou organisme syndical, vous pourrez participer aux activités de formation, accueillir des invités du Sud, prendre part à des stages et plus encore ! Visitez ciso.qc.ca.


1Lucie Dumoulin est membre du Syndicat de l’enseignement de la région de Vaudreuil (CSQ) et Catherine Babin est membre du Syndicat des enseignantes et enseignants du Cégep de Rimouski (CSQ).
2Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient.
3ROM, Yonatan, Aviv TATARSKY et Me Oshrat MAIMON (2014). Shortage of Classrooms in East Jerusalem – Annual Survey, [En ligne], Ir Amin, 14 p. [www.ir-amim.org.il/sites/default/files/education%20report%202014.pdf].