Centrale des syndicats du Québec (CSQ) - Nouvelle

Pénurie de main-d’oeuvre et intérêts patronaux

14 mars 2017

Qu'ils se soient basés sur des faits et des tendances réelles ou sur des mythes savamment distillés dans l'opinion publique, les associations patronales et les gouvernements néolibéraux ont réussi à utiliser à merveille l'argument d'une éventuelle pénurie ou d'une rareté ciblée de main-d'oeuvre. Ils n'hésitent pas à mettre de l'avant ce phénomène comme étant un risque pour la prospérité collective. Il faudrait selon eux :

Qu'ils se soient basés sur des faits et des tendances réelles ou sur des mythes savamment distillés dans l'opinion publique, les associations patronales et les gouvernements néolibéraux ont réussi à utiliser à merveille l'argument d'une éventuelle pénurie ou d'une rareté ciblée de main-d'oeuvre. Ils n'hésitent pas à mettre de l'avant ce phénomène comme étant un risque pour la prospérité collective. Il faudrait selon eux :

Réduire les avantages liés aux régimes de retraite pour inciter les personnes de 60 ans et plus à rester au travail et diminuer la pression sur le passif des régimes ;

Arrimer directement les critères d’immigration aux besoins des employeurs ;

Élargir le programme des travailleuses et travailleurs étrangers temporaires ;

S’assurer que les formations offertes correspondent étroitement aux besoins des employeurs ;

Couper dans les services publics et privatiser la santé ;

Réduire les prestations de l’aide sociale sous prétexte de maintenir un incitatif au travail.

Etc.

Pourtant, si les règles de l’offre et de la demande s’appliquaient réellement au marché du travail, cet aveu de rareté de la main-d’oeuvre serait une bien mauvaise carte pour le patronat. En effet, il nous livrerait volontairement un argument central qui nous permettrait d’exiger de meilleures conditions de travail. Or, le mouvement populaire et syndical est dans une posture contradictoire. D’un côté, il doit atténuer les craintes liées au vieillissement de la population et à la pénurie de main-d’oeuvre afin de contrer les attaques énumérées ci-dessus. De l’autre côté, il doit profiter de cette réelle rareté de main-d’oeuvre afin de construire un rapport de force.