Centrale des syndicats du Québec (CSQ) - Single

Claude Girard, Conseiller CSQ aux communications

Des conditions salariales et de travail bonifiées

15 octobre 2015

L’équipe de négociation. De gauche à droite : Lucie Lévesque, Réal Policar (CSQ), Luc Caron, Pascale Chevallier et Vincent GauronSource : Pascal Ratthé

L’équipe de négociation. De gauche à droite : Lucie Lévesque, Réal Policar (CSQ), Luc Caron, Pascale Chevallier et Vincent Gauron

La nouvelle convention collective du personnel professionnel de recherche du Centre de recherche de l'Hôpital Saint-François d'Assise (CRSFA) a été entérinée en juin dernier. L'entente permet, notamment, au personnel professionnel de recherche de faire certains rattrapages avec ses collègues des cinq autres centres de recherche affiliés.

Il faut savoir que les salaires et les conditions de travail varient dans les centres de recherche de l'Université Laval, de Saint-François d'Assise, de l'Enfant-Jésus, de l'Hôtel-Dieu de Québec et de Saint-Sacrement, tous chapeautés par le Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire (CRCHU) de Québec. Dans ce contexte, le personnel professionnel de recherche du CRSFA accusait un certain retard, tout en faisant exactement le même travail que ses collègues des autres centres.

Le syndicat est relativement satisfait de cette entente de quatre ans, négociée dans un contexte d'austérité. « Les 24 mois de négociation reflètent bien la difficulté de l'exercice. Nous sommes donc d'autant plus satisfaits d'avoir pu faire des avancées permettant d'améliorer les conditions salariales et de travail de nos membres. C'est un pas de plus vers une meilleure reconnaissance pour les professionnelles et professionnels de recherche du CRSFA », affirme Luc Caron, président du Syndicat des professionnelles et professionnels de recherche de l'Université Laval (SPPRUL-CSQ).

Des gains significatifs

  • La création d'une nouvelle catégorie d'emplois permettant de bénéficier d'un salaire plus élevé en fonction des tâches effectuées.
  • L'ajout de deux congés mobiles supplémentaires par année.
  • L'instauration d'un régime de perfectionnement pour encourager le développement professionnel.
  • L'augmentation de la participation de l'employeur à la couverture des assurances.
  • Des hausses salariales pour chaque année du nouveau contrat de travail.