Mythe n° 2

Le décrochage scolaire des garçons ne s'améliorerait pas depuis 30 ans

16 mars 2012

Dans les derniers mois, on a entendu dire sur toutes les tribunes possibles que le décrochage scolaire n'avait pas diminué depuis 30 ans. Les faits ne confirment pas ces rumeurs. En réalité, la situation des filles et des garçons s'est grandement améliorée durant cette période (voir graphique 2).

Le décrochage scolaire des garçons ne date pas d'hier et ces derniers ont toujours affiché un taux de décrochage plus élevé que les filles. À la fin des années 1970, les garçons sortaient de l'école dans une proportion de 44 %, mais leur situation s'est améliorée rapidement par la suite puisqu'en 2009-2010 ce taux se situait à 21,5 %. Le décrochage scolaire des filles a connu la même tendance : elles quittaient à la hauteur de 37 % à la fin des années 1970 ; ce taux est passé à 13,6 % en 2009-2010 (voir graphique 2).

Graphique 2 – Taux de décrochage scolaire des garçons et des filles avant 20 ans, Québec, 1980-2010, en %Au cours de la dernière décennie (2001-2009), la situation du décrochage scolaire des garçons s'est améliorée plus rapidement que celle des filles, diminuant de 9,1 % chez les premiers et de 4,3 % chez les secondes. Certaines régions du Québec ont connu, durant cette période, une diminution importante du décrochage scolaire des garçons, comme les Laurentides et la Côte-Nord (-15,2 %), l'Estrie (-12,6 %) et la Mauricie (-12,2 %).

Les filles enregistrent des baisses beaucoup plus faibles dans la plupart des régions. Dans certaines de ces régions (Saguenay–Lac-Saint-Jean, Nord-du-Québec et Centre-du-Québec), elles ont même perdu du terrain (voir tableau 2).

La situation du décrochage scolaire des garçons s'est beaucoup améliorée entre 1979 et 2010 et, dans les dix dernières années, elle s'améliore plus vite que celle des filles.

Tableau 2 Taux de décrochage avant 20 ans, par région et par sexe, réseau public, Québec 2001-2009 en %