Fiche 9

Vieillissement de la population et coûts de santé

6 juin 2012

L’impact du vieillissement de la population sur les coûts du système public de santé est souvent présenté par les détracteurs des services publics comme un argument justifiant la privatisation des services de santé. Or, une analyse sérieuse de la question montre que cet impact constitue bien plus un épouvantail qu’un fait avéré. Avec l’aimable autorisation de l’Association des retraitées et retraités de l’éducation et des autres services publics du Québec (AREQ-CSQ), nous reproduisons ici une partie du texte d’un dépliant conçu par l’Association et qui remet les pendules à l’heure1.

  • Arrêtons de GÉNÉRALISER ! Ce n’est qu’une minorité de personnes âgées qui a besoin de soins coûteux de santé, comme l’ensemble de la population d’ailleurs.

« En 2009, ce n’est que 3 % des personnes âgées de 65 ans et plus qui sont hébergées en CHSLD… ce n’est qu’après l’âge de 85 ans que l’option de quitter son domicile prend plus d’ampleur. »2

  • Il est FAUX d’accuser les personnes âgées de la hausse des coûts de santé.

« Le vieillissement n’est pas la principale cause de la croissance des coûts dans le secteur de la santé. »3

Cette augmentation des coûts de santé

« … depuis 10 ans provient principalement de la croissance des dépenses de médicaments (11,6 %), des immobilisations (8,7 %) et de la rémunération des médecins (5,5 %). »4

à laquelle s’ajoute le coût des nouvelles technologies et

« … l’utilisation accrue des services de santé... En moyenne, chaque Canadien a reçu plus de soins de santé en 2007 qu’en 1998, quel que soit son âge, aussi bien à 40 ans qu’à 65 ans et plus. » 5

• C’est malhonnête de dire que les personnes âgées sont en train de vider la caisse et qu’il ne restera que des miettes pour celles et ceux qui suivent.

« La grande majorité des personnes âgées d’aujourd’hui sont autonomes, en bonne santé, socialement actives et économiquement indépendantes. »6

À preuve :

  • Elles paient des impôts (au fédéral et au provincial) ;
  • Elles consomment des biens et des services ;
  • Elles paient des taxes municipales et scolaires ;
  • Elles paient une large contribution pour être logées et soignées dans les centres d’hébergement (publics et privés) quand elles en ont besoin ;
  • Elles viennent en aide à leurs proches et leur apportent souvent un soutien financier ;
  • Elles ont des épargnes et des biens qu’elles n’emporteront pas au paradis ;
  • Elles font beaucoup de bénévolat dans leur communauté.

De plus, elles ont doté le Québec de services publics enviables qui profitent à toute la population (assurance maladie, soins de santé et de services sociaux, système d’éducation public, gratuit et accessible à tous, congés parentaux, services de garde, aide sociale, etc.).

  • Si les soins à domicile et l’accès à un médecin de famille devenaient une PRIORITÉ, il y aurait moins de personnes âgées dans les hôpitaux.

« L’accès à un médecin de famille et à des soins de première ligne est la base d’un système de santé efficace. »7


« La médecine de première ligne est le parent pauvre du système de santé avec moins de 3 % du budget. À capacité égale, un traitement coûte 10 $ à domicile, 20 $ dans une famille d’accueil et 100 $ dans un centre d’hébergement de longue durée. »8


« Le vieillissement n’est pas une catastrophe, mais un grand défi pour notre système de santé… Il faut se centrer sur les soins à la personne plutôt que sur les structures. »9

• La population vieillit et c’est une BONNE NOUVELLE !

« La croyance persistante que notre population vieillissante menace le système de santé est un mythe. »10

POUR EN SAVOIR PLUS

______________

  1. Pour la référence exacte du dépliant, voir l’encadré Pour en savoir plus.
  2. Paule Laramée, Association québécoise d’établissements de santé et de services sociaux (AQESSS), blogue Personnes âgées et société : enjeux et perspectives, 2010
  3. Groupe de travail sur le financement du système de santé, présidé par Claude Castonguay, En avoir pour notre argent, 2008
  4. Comité consultatif sur l’économie et les finances publiques, Le Québec face à ses défis, fascicule 1, 2010
  5. Conseil canadien de la santé, La valorisation de l’argent : renforcer le système canadien des soins de santé, 2009
  6. Ministère de la Santé et des Services sociaux, Un défi de solidarité – Les services aux aînés en perte d’autonomie, 2005
  7. Louis Godin, M.D., président de la Fédération des médecins
    omnipraticiens du Québec, CNW Telbec, 2010
  8. Réjean Hébert, Ph. D.,
    Université de Sherbrooke, L’Hebdo Journal, « Le système de santé face au vieillissement de la population, 2008
  9. François Béland, Ph. D., Université de Montréal, Entrevue réalisée par l’AREQ, 2010
  10. Fondation canadienne de la recherche sur les services de santé, Mythe : la population vieillissante submergera le système de soins de santé, 2001