1. Contrer la privatisation pour préserver notre système public

9 mai 2012

Les actions du gouvernement :

■ Développe des centres médicaux spécialisés (CMS) privés pour les chirurgies mineures et permet aux établissements du réseau de faire des contrats avec ces CMS ;

■ Recourt aux partenariats public-privé (PPP) pour la construction et l'entretien de nouveaux établissements du réseau ;

■ Augmente les critères d'admission en CHSLD public et confie le développement de l'hébergement et des soins de longue durée au secteur privé et à des ressources intermédiaires privées ;

■ Laisse les centres médicaux imposer des frais accessoires sans respecter la réglementation ;

■ Laisse se répandre un marché privé de services de soins à domicile, d'agences de placement, de services diagnostiques (radiologie et laboratoires) et de sociétés de financement.


ET POURTANT !

✔ Les services privés de chirurgie sont plus coûteux que les services publics (de 150 à 200 %) ;

✔ Les services de soins de longue durée présentent une qualité moindre lorsqu’ils sont offerts dans les établissements privés ;

✔ L’administration de services privés s’avère beaucoup plus coûteuse que lorsqu’elle s’effectue sous contrôle public.


LES SOLUTIONS PUBLIQUES DE LA CSQ

☛ Préserver le caractère universel et gratuit du système en incluant dans la Loi sur les services de santé et les services sociaux du Québec les principes de la Loi canadienne sur la santé, soit la gestion publique, l’universalité, l’accessibilité, l’intégralité, la transférabilité, de même que les deux interdictions de surfacturation et d’imposition de tickets modérateurs.