Centrale des syndicats du Québec (CSQ) - Nouvelle

Portrait du salaire minimum au Québec

18 mai 2016

Toronto, juillet 2015

Toronto, juillet 2015

Historiquement, le salaire minimum québécois trônait au sommet avec celui de l'Ontario. Dans les dernières années, plusieurs provinces canadiennes ont augmenté significativement leur taux horaire minimum, qui dépasse maintenant celui du Québec (Alberta, 11,20 $ ; Ontario, 11,25 $ ; Manitoba, 11 $). En termes de pouvoir d'achat, malgré un rattrapage important entre 2007 et 2010, on constate que le salaire minimum n'a pas récupéré la force qu'il avait à la fin des années 70 et que sa progression stagne depuis quelques années.

Historiquement, le salaire minimum québécois trônait au sommet avec celui de l'Ontario. Dans les dernières années, plusieurs provinces canadiennes ont augmenté significativement leur taux horaire minimum, qui dépasse maintenant celui du Québec (Alberta, 11,20 $ ; Ontario, 11,25 $ ; Manitoba, 11 $). En termes de pouvoir d'achat, malgré un rattrapage important entre 2007 et 2010, on constate que le salaire minimum n'a pas récupéré la force qu'il avait à la fin des années 70 et que sa progression stagne depuis quelques années.

Qui gagne le salaire minimum ?

Selon l'Institut de la statistique du Québec (ISQ), 210 000 personnes étaient rémunérées au salaire minimum en 2014, soit 6 % des salariées et salariés du Québec. Les femmes sont surreprésentées dans ce groupe, puisqu'elles constituent 58 % des personnes rémunérées au salaire minimum.

Les jeunes de 15 à 24 ans représentent également un fort contingent (59 %) du groupe des salariées et salariés percevant le salaire minimum. Cela n'est pas étonnant compte tenu du fait qu'un grand nombre d'étudiantes et d'étudiants travaillent à temps partiel au salaire minimum. Tout de même, le travail au salaire minimum n'est pas uniquement le fait de « jeunes étudiants vivant chez leurs parents », car 41 % des salariées et salariés payés au salaire minimum sont des personnes âgées de 25 ans et plus.

Une forte proportion des personnes rémunérées au salaire minimum travaillent dans le secteur du commerce de détail (environ 37 %), de l'hébergement et des services de restauration (24 %) ou au sein d'autres industries de services (28 %).

Dans le contexte d'une demande de hausse du salaire minimum à 15 $ l'heure, il est intéressant de jeter un coup d'oeil sur les caractéristiques des personnes dont le salaire horaire est égal ou inférieur à 15 $.

On constate que le taux horaire d'un nombre très important de salariées et salariés se situe entre le salaire minimum et 15 $. En effet, selon l'ISQ, il y avait en 2014 plus d'un million de travailleuses et travailleurs gagnant moins que 15,51 $ l'heure. C'est donc dire que, si 210 000 personnes gagnaient le salaire minimum, près de quatre fois plus gagnaient quelques dollars de plus et pourraient bénéficier d'une hausse du salaire minimum à 15 $ l'heure. Ce million de personnes représente 30 % des salariées et salariés québécois ! Dans ce groupe, les femmes sont également surreprésentées (57 %), mais les jeunes de 15 à 24 ans ne sont plus majoritaires, puisqu'ils représentent 41 % du groupe. C'est donc dire que près de 60 % des gens qui bénéficieraient d'une hausse du salaire horaire minimum à 15 $ ont 25 ans ou plus. Vingt-trois pour cent d'entre eux ont même des enfants.

À la lumière de ces chiffres, il est donc indéniable qu'une hausse du salaire minimum à 15 $ l'heure aiderait un nombre important de familles avec enfants (plus de 200 000 familles québécoises).