Centrale des syndicats du Québec (CSQ) - Nouvelle

Le SIISNEQ-CSQ accuse le CISSS Côte-Nord d’être complice de Gaétan Barrette

21 février 2018

Sept-Îles, le 22 février 2018. – « Les membres du conseil d’administration du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord sont complices de l’opération de démolition de notre réseau public, pilotée par Gaétan Barrette. Pour atteindre l’équilibre budgétaire imposé par Québec, ils sont en train de déstructurer les services et soins de santé dans la région. C’est inacceptable. »

La présidente du Syndicat des intervenantes et intervenants de la santé du Nord-Est québécois (SIISNEQ-CSQ), Nathalie Savard, dénonce sans détour la façon dont les administrateurs et dirigeants du CISSS Côte-Nord s’y prennent pour récupérer 9,6 millions de dollars afin de revenir à l’équilibre budgétaire.

« La façon dont ce plan est mis en vigueur trahit les valeurs mêmes que les dirigeants du CISSS Côte-Nord se sont données, notamment l’humanisme et le respect. En effet, il a déjà des impacts très négatifs, tant pour le personnel que les services à la population. C’est le cas en Basse-Côte-Nord où nos membres ont été informées, la semaine dernière, qu’il y aura des abolitions de postes et la fusion de différents centres d’activités du Centre de santé de Blanc-Sablon », explique Nathalie Savard.

Insécurité et inquiétude

La présidente du SIISNEQ-CSQ ajoute que cette annonce a plongé les infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes touchées dans un profond sentiment d’insécurité qui les affecte grandement.

« Nos membres sont inquiètes face à leur propre avenir, mais elles se questionnent également sur la qualité de soins qu’elles seront en mesure d’assurer dans un tel contexte. Dans quelles conditions se retrouveront-elles obligées de travailler? Pour des raisons budgétaires, les dirigeants du CISSS Côte-Nord font exactement le contraire de ce qu’il faudrait en déstructurant nos services, alors que les travailleuses et les travailleurs revendiquent des équipes stables. De plus, le personnel risque de devoir se déplacer dans plusieurs secteurs spécialisés, ce qui n’a pas de sens », dénonce Nathalie Savard.

La population invitée à se mobiliser

Cette dernière croit que seule la population peut faire entendre raison aux administrateurs du CISSS Côte-Nord. Elle invite donc les gens de la région à se mobiliser et à porter le cœur brisé en appui au personnel de la santé.

« Nous devons envoyer un message à ces administrateurs et au gouvernement pour leur dire que nous tenons à nos services de santé publics dans la région. Il faut dire aux dirigeants du CISSS Côte-Nord qu’ils doivent cesser leurs coupes et compressions, pour plutôt trouver le courage d’exiger de Gaétan Barrette et de son gouvernement un budget à la hauteur des besoins de notre population, rien de moins », affirme la leader syndicale.

Des réinvestissements importants revendiqués

Abondant dans le même sens, la présidente de la Fédération de la Santé du Québec (FSQ-CSQ), Claire Montour, déclare qu’après avoir accumulé les surplus, notamment en appauvrissant le réseau public de santé et de services sociaux sans égard au personnel et aux soins à la population, le gouvernement doit réinvestir massivement pour réparer les dommages.

« Notre système public de santé est malade et souffre de l’austérité infligée par le gouvernement Couillard durant plus de trois ans. Maintenant que le gouvernement a accumulé 9 milliards de dollars de surplus, il doit payer le prix qu’il faut pour embaucher du personnel stable en nombre suffisant », conclut Claire Montour.