Centrale des syndicats du Québec (CSQ) - Nouvelle

La CSQ dévoile une vaste étude sur le numérique en éducation

4 mai 2018

Montréal, le 4 mai 2018. – La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) dévoile aujourd’hui une importante étude sur l’impact de l’utilisation des outils numériques dans le secteur de l’éducation.

« À la lumière de cette enquête, Il est nécessaire d’avoir une double lecture sur l’impact de l’utilisation des outils numériques dans le secteur de l’éducation. Les transformations vécues améliorent le travail (collaboration, communication, motivation et apprentissage des élèves). Toutefois, des impacts négatifs ont été notés dans les conditions d’exercice des différentes catégories professionnelles », souligne Louise Chabot, présidente de la CSQ.

Les principaux faits saillants de l’étude démontrent :

  • que 76,5 % des personnes répondantes mentionnent que l’utilisation des outils numériques a amélioré ou fortement amélioré la communication à tous les niveaux, que ce soit avec les collègues, les parents, le public, les collaboratrices et collaborateurs externes et même avec les élèves, étudiantes et étudiants;
  • que 74 % du personnel participant déclare utiliser du matériel technologique personnel pour réaliser ses tâches professionnelles au quotidien;
  • que la frontière entre la vie professionnelle et la vie privée est de plus en plus mince : 76,5 % constatent une augmentation des tâches réalisées sur leur temps personnel;
  • des besoins de formation criants :
    • même si 70 % des répondantes et répondants ont reçu une formation, elles sont de courte durée,
    • 75 % déclarent avoir reçu huit heures et moins de formation au cours des 12 derniers mois;
  • que 97 % des personnes interrogées sont favorables au numérique;
  • que 70 % considèrent que les outils numériques favorisent l’apprentissage et motivent les élèves, étudiantes et étudiants;
  • que le manque de temps pour l’appropriation et la maîtrise des différents outils numériques sont les principaux obstacles à leur utilisation.

« Le personnel de l’éducation est motivé à utiliser le numérique dans son travail, puisque celui-ci contribue notamment à améliorer la collaboration et la communication avec ses collègues et les parents. Par contre, actuellement, plusieurs conditions essentielles ne sont malheureusement pas au rendez-vous pour une utilisation efficace du numérique en éducation », déplore Louise Chabot.

Des conditions à respecter

Rappelons que le gouvernement devrait dévoiler prochainement son Plan numérique en éducation.

« Pour répondre adéquatement aux besoins du personnel, il faut s’assurer de prévoir des formations adaptées en nombre suffisant, un accès pour toutes et tous aux outils numériques nécessaires au travail et, finalement, que le personnel soit consulté sur le choix de ces outils et leur utilisation dans le cadre de son travail », ajoute la leader syndicale.

Une enquête unique

Au total, ce sont 9 000 personnes qui ont participé à l’enquête. Rappelons que la CSQ est la première centrale à sonder ses membres à grande échelle afin de documenter les impacts du numérique sur leurs conditions de travail.

Soulignons que les répondants sont issus de toutes les catégories d’emploi de l’éducation : personnel enseignant, personnel de soutien et professionnel, tant du réseau scolaire, de l’enseignement supérieur que du réseau privé (scolaire et collégial).

Pour réussir la transition numérique

Enfin, pour la présidente de la CSQ, le Québec ne pourra réussir sa transition numérique si les besoins de formation de l’ensemble du personnel de l’éducation, toutes catégories confondues, ne sont pas priorisés. Devant la rapidité de diffusion du numérique dans les milieux de travail, il devient impératif de développer et de partager une vision commune sur les mesures à mettre en place afin de s’assurer que l’utilisation des outils numériques se fasse au profit de toutes et tous.

« Les travailleuses et travailleurs de l’éducation sont des acteurs de premier plan dans le développement des compétences numériques des enfants, des jeunes, mais également de celles et ceux qui tentent d’intégrer le marché du travail. Le gouvernement doit absolument en tenir compte dans sa stratégie », conclut Louise Chabot.

Pour consulter les faits saillants de l’enquête, cliquer ici.

L’enquête sur le numérique s’adressait à toutes les catégories de personnel (personnel enseignant, professionnel et de soutien), dans le réseau scolaire, le réseau de l’enseignement supérieur et le réseau privé (scolaire et collégial). 9 000 personnes ont participé à l’enquête en novembre dernier en répondant à un questionnaire en ligne.