Demande d'intervention des Nations Unies pour faire respecter les droits de la personne dans l'État d'Oaxaca au Mexique

Montréal, le 28 mars 2007

 

Monsieur Anders Kompass
Haut Commissaire des droits humains
Nations Unies
Presidente Masaryk 29.2
11570 Mexico, D.F.

Monsieur le Commissaire,

Je vous écris, au nom de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), pour demander à votre organisation de donner suite aux demandes des organisations syndicales et populaires membres de la section mexicaine de la Coalition trinationale (Canada–Etats-Unis–Mexique) pour la défense de l’éducation publique. Ces demandes vous ont été acheminées dans une lettre de la Coalition datée du 22 février 2007.

Rappelons qu’en mai 2006, le personnel enseignant de l'État d’Oaxaca, dans le sud-ouest du Mexique, déclencha la grève pour de meilleurs salaires et pour la dignité du peuple d’Oaxaca. Il a été soutenu par l'Assemblée populaire des peuples d’Oaxaca (APPO) faisant aussi partie du mouvement de protestation. L’APPO représente les plus pauvres de cette région du Mexique, celles et ceux qui vivent avec moins de trois dollars par jour. La grève s’est transformée en soulèvement populaire .

À la suite de la répression sanglante ordonnée par le gouverneur de l’État et de l’assassinat de plusieurs militantes et militants par des forces paramilitaires, les insurgés de l’APPO, dont plusieurs enseignantes et enseignants, ont continué à résister énergiquement. Le président du Mexique a même déployé la police fédérale préventive dans la ville d’Oaxaca où la situation est demeurée longtemps chaotique. Des dizaines de personnes ont été enlevées, emprisonnées, torturées, voire assassinées.

À la lumière de ces tristes événements, il est donc clair que les violations des droits de la personne qui se sont multipliées dans l’État d’Oaxaca appellent une intervention urgente de votre organisation.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Commissaire, l’expression de mes sentiments distingués.

Le président de la CSQ,

 

Réjean Parent