Enseignement supérieur

Ce que les partis proposent

  Parti libéral du Québec Parti québécois Coalition avenir Québec Québec solidaire
Financement  
  • Revoir le système de financement des universités, et y réinvestir.
  • Renforcer le financement de la recherche au collégial et mieux soutenir les centres collégiaux de transfert de technologie.
  • Revoir les règles de financement afin de limiter la « course à l’effectif » et favoriser la collaboration entre les établissements et les ordres d’enseignement.
  • Réviser le mode de financement pour consolider les cégeps en région et contrer l’exode des jeunes.
  • Augmenter le financement global des cégeps et des universités.
  • Réviser les mécanismes de financement des cégeps et des universités afin de tenir compte de leurs particularités.
  • Tenir compte, dans les cégeps, du besoin croissant de soutien pour les étudiantes et étudiants à besoins particuliers.
  • Réinvestir dans les Fonds de recherche du Québec.
Accessibilité
  • Abolir les frais de scolarité pour l’ensemble des étudiantes et étudiants inscrits dans une formation technique à temps partiel menant à l’obtention d’un diplôme d’études collégiales (DEC).
  • Accorder 12 M$ sur quatre ans aux établissements d’enseignement pour attirer des jeunes et des adultes en formation professionnelle et en formation technique en région.
  • Mettre en place, de manière graduelle, la gratuité scolaire de la maternelle à l’université. Offrir la gratuité scolaire à celles et ceux dont le revenu familial est inférieur à 75 000 $.
  • Réinvestir dans le programme d’aide financière aux études (AFE).
  • Favoriser le maintien de l’offre de formation universitaire et collégiale, et le maintien de pôles d’excellence dans toutes les régions du Québec.
  • Remplacer le soutien financier actuellement offert aux étudiantes et étudiants hors Québec par un programme unique destiné à toutes celles et à tous ceux qui souhaitent étudier en français au Québec, et sélectionner les étudiantes et étudiants hors Québec en fonction de leurs aptitudes académiques.
  • Encourager les étudiantes et étudiants étrangers à rester au Québec après avoir obtenu leur diplôme, en permettant à tout étudiant ayant payé davantage qu’un étudiant québécois pour ses études de bénéficier d’un crédit d’impôt sur son revenu.
  • Favoriser les inscriptions d’étudiantes et d’étudiants étrangers dans les universités et les cégeps en région et dans les programmes où la demande du marché du travail est forte.
  • Offrir une bourse à la mobilité pour attirer les étudiantes et étudiants en région.
  • Mettre en place des incitatifs pour la formation continue.
  • Abolition des droits de scolarité à l’enseignement supérieur (jusqu’au doctorat).
  • Maintenir le système d’aide financière aux études afin de subvenir à d’autres besoins.
  • Abolition du crédit d’impôt pour frais de scolarité.
  • Consolider le réseau des cégeps et l’Université du Québec pour offrir des services dans les régions, selon les besoins.
  • Créer des bourses pour inciter les étudiantes et étudiants des grands centres à étudier en région.
Administration Gouvernance  
  • Rétablir un ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation distinct du ministère de l’Éducation.
  • Créer un conseil national des universités chargé d’évaluer la cohérence de l’offre de formation sur le territoire et l’efficacité des pratiques de gestion des universités au regard de l’intérêt étudiant.
  • Simplifier la reddition de comptes en faisant de la planification stratégique des collèges, des universités et du ministère l’instrument principal pour assurer leur imputabilité publique.
  • Exiger que les universités à charte se plient aux mêmes règles que le reste du secteur public, notamment pour les salaires des cadres, et les soumettre aux pouvoirs du Vérificateur général du Québec.
  • Accorder l’exclusivité ou la quasi-exclusivité de programmes d’études techniques à des collèges.
  • Modifier la Loi sur les établissements privés pour éviter la concurrence de collèges privés non subventionnés qui offrent des programmes techniques.
  • Réinvestir pour assurer l’actualisation des programmes d’études collégiales.
  • Donner la priorité, au sein des universités et des collèges, à l’évaluation continue et à la révision périodique des programmes d’études.
  • Davantage d’autonomie dans le développement de programmes adaptés aux besoins réels des régions.
  • Créer une commission consultative des universités afin d’examiner l’offre de formation, corriger les inégalités entre les régions et limiter la concurrence entre les établissements.
  • Démocratiser la gestion des cégeps et des universités pour que les conseils d’administration soient paritaires (hommes-femmes) et comptent une majorité de personnes élues pour représenter les personnels et la population étudiante.
  • Mettre fin aux modes de gestion favorisant la précarité du personnel.
  • Instaurer un seuil minimum de personnel professionnel et de soutien pour les petits cégeps et un ratio professionnel-étudiants dans l’ensemble du réseau collégial.
  • Charger le Vérificateur général du Québec d’évaluer périodiquement la mise en œuvre de la mission et de la gestion participative dans les cégeps et les universités.
Recherche  
  • Accorder une place importante à la formation de la relève scientifique, à l’utilisation de son plein potentiel, à la diffusion de la recherche et au transfert des connaissances.
  • Favoriser la diffusion de la recherche.
  • Soutenir la recherche de pointe sur le Québec.
  • Soutenir la réforme du doctorat.
  • Favoriser le français comme langue de la recherche.
  • Favoriser davantage l’arrimage entre la recherche universitaire et les entreprises innovantes.
 
Autres
  • Augmenter l’offre de formation en entreprise et l’alternance travail-études en formation technique. 
  • Ajouter un cours d’histoire du Québec contemporain obligatoire à la formation générale dans le programme collégial.
  • Offrir, dans les cégeps francophones, un parcours enrichi en anglais comportant une session dans un cégep anglophone.
  • Réaffirmer l’importance de la formation générale au collégial et maintenir le nombre d’heures d’enseignement dédié à la philosophie, à la littérature et à la langue d’enseignement, à la langue seconde et à l’éducation physique.
  • Mettre les grèves étudiantes à l’abri des injonctions.
  • Assurer une rémunération pour un stage obligatoire.
  • Multiplier les collaborations au sein de la Francophonie.
  • Renforcer les liens entre les universités et le secteur public.
  • Valoriser les domaines où se situe l’avenir économique du Québec, notamment le génie, les technologies et les sciences de la santé.
  • Tabler sur les centres collégiaux de transfert de technologie pour faire des cégeps des pôles de développement économique régionaux.
  • Valoriser les parcours de formation technique, notamment par la multiplication des programmes études-travail.
  • Reconnaitre la contribution des personnes chargées de cours universitaires à l’enseignement, à la recherche et aux services à la collectivité.
  • Préserver la formation générale comme préalable à l’obtention de tout diplôme d’études collégiales.

Document pertinent