J'aime
Tweeter
+1

Témoignages : du décrochage à l'enseignement - deux femmes racontent leur parcours inspirant

Louise Quevillon Elles ont beaucoup en commun ces deux femmes passionnées au parcours riche et sinueux. Elles travaillent dans la région de Mont-Laurier et sont membres du conseil d'administration du Syndicat du personnel enseignant des Hautes-Rivières (SPEHR). Elles ont toutes deux choisi de faire l'école de la vie avant de faire de l'école, leur projet de vie. Rencontre avec Louise Quévillon et Danielle Nault, deux ex-décrocheuses devenues des enseignantes engagées, qui adorent leur travail auprès des élèves en difficulté.

Par François Beauregard

 

7 mai 2012

Louise Quevillon
Louise Quévillon enseigne dans une classe à effectif réduit à l'école de la Carrière à la commission scolaire Pierre-Neveu. Dans son groupe, il y a un élève souffrant de troubles envahissants du développement, deux enfants dyslexiques, un redoubleur et plusieurs autres qui éprouvent divers problèmes d'apprentissage. Il lui en faudrait davantage pour la décourager. « J'ai toujours eu un intérêt pour les enfants différents. Je tiens peut-être cela de ma mère, qui a enseigné des années auprès des élèves en difficulté. Je m'efforce de leur faire vivre une première réussite pour les amener à rehausser leur estime de soi. Je recherche toujours de nouvelles façons d'atteindre les jeunes, car, quand on réussit à leur redonner confiance, on peut les amener à faire de grandes choses », remarque-t-elle.

7 mai 2012

Danielle Nault
Sa collègue Danielle Nault enseigne l'anglais à l'éducation des adultes à l'école du Christ-Roi. Elle célèbre cette année ses vingt ans dans l'enseignement. Bon nombre de ses élèves ont connu des échecs et s'offrent une seconde chance. Certains reviennent aux études avec l'idée de fournir l'effort minimum pour obtenir leur DES. En région, l'enseignement de l'anglais n'est pas évident, car les gens en voient moins la nécessité dans un environnement francophone. Les intéresser à la matière représente donc un défi particulier. « Au secteur des adultes, il y a beaucoup de gens qui ont des problèmes personnels et familiaux, et des troubles d'apprentissage. Bon nombre d'entre eux ont de la difficulté à s'insérer dans un encadrement ; il faut savoir entrer en contact avec eux et les amener à assumer leurs responsabilités », affirme-t-elle.