Centrale des syndicats du Québec (CSQ) - Élections fédérales 2019

Élections fédérales 2019

Comparatif des programmes des partis politiques

La campagne électorale fédérale a été lancée le 11 septembre dernier pour une durée de 5 semaines. Ainsi, les prochaines élections fédérales se tiendront le 21 octobre prochain. Afin d’y voir plus clair parmi les nombreux engagements et les nombreuses promesses des formations politiques, nous présentons ce comparatif des programmes des partis politiques.

Nous avons retenu les programmes des six formations politiques les plus importantes et dont l’appui est mesuré par les maisons de sondage. Nous avons priorisé six thématiques qui nous apparaissent essentielles : l’assurance médicaments, les paradis fiscaux, l’assurance-emploi et les droits du travail, l’environnement et les ressources naturelles, la condition des femmes et la réforme du mode de scrutin. Nous avons puisé les informations à même leurs plateformes politiques.

Le contenu de ce comparatif sera évolutif tout au long de la campagne électorale et au rythme de la publication des engagements des partis politiques.

Ce comparatif se veut neutre et non partisan.

Les slogans des six partis retenus pour ce comparatif

  • Parti libéral du Canada | « Choisir d’avancer »
  • Parti conservateur | « Plus. Pour vous. Dès maintenant »
  • Nouveau Parti démocratique | « On se bat pour vous »
  • Bloc québécois | « Le Québec, c’est nous »
  • Parti vert du Canada | « Ni à droite ni à gauche. Vers l’avant ensemble »
  • Parti populaire du Canada | « Fort et libre »

Sommaire


Assurance médicaments

Parti libéral du Canada Parti conservateur Nouveau Parti démocratique Bloc québécois Parti vert du Canada Parti populaire du Canada
  • Créer une agence canadienne des médicaments.
  • Instaurer avec les provinces, les territoires et les autres intervenants une liste nationale des médicaments assurés afin d’abaisser encore le prix des médicaments.
  • Mettre en œuvre une stratégie sur les médicaments servant à traiter les maladies rares.
  • Dans le cadre de nos négociations avec les provinces, chercher à obtenir le mandat de concevoir et de mettre en œuvre un régime universel d’assurance médicaments.
 
  • Instaurer un régime universel d’assurance médicaments et dentaires dès la fin de 2020.
  • Respecter le modèle québécois.
  • Permettre à chaque Québécoise et Québécois couverts par une assurance privée d’économiser environ 500 dollars annuellement.
  • Permettre également aux entreprises d’économiser environ 600 dollars chaque année pour chaque employée et employé qui bénéficie d’une assurance maladie complémentaire.
  • Investir annuellement 10 milliards de dollars dans ce régime.
  • Modifier le système actuel en retirant les États-Unis de la liste de référence pour déterminer le prix de tous les médicaments, pas seulement les nouveaux. Le Québec pourrait bénéficier, à terme, d’environ 500 millions de dollars de plus par année.
  • Offrir l’assurance médicaments pour toutes et tous et l’assurance soins dentaires aux Canadiennes et aux Canadiens à faible revenu.
  • Créer un organisme chargé de faire l’achat en vrac de médicaments et réduire la période de protection des brevets pour les médicaments.
  • Créer les conditions permettant aux gouvernements des provinces et des territoires d’innover. Ils seront entièrement responsables du financement et de la gestion des soins de santé et devront rendre des comptes à leurs citoyennes et citoyens, pendant qu’Ottawa respectera la Constitution et mettra fin à ses intrusions.

Paradis fiscaux

Parti libéral du Canada Parti conservateur Nouveau Parti démocratique Bloc québécois Parti vert du Canada Parti populaire du Canada
   
  • Appliquer la loi afin de lutter contre celles et ceux qui pratiquent l’évasion fiscale ou qui profitent depuis trop longtemps des paradis fiscaux à l’étranger.
  • Forcer les entreprises à prouver la nécessité économique de leurs opérations à l’étranger.
  • Éliminer les échappatoires fiscales comme la déduction pour options d’achat d’actions des PDG.
  • Évaluer les dépenses fiscales.
  • Exiger qu’Ottawa impose les profits que les entreprises, en particulier les banques, rapatrient des paradis fiscaux.
  • Forcer l’examen de tous les accords fiscaux conclus par le Canada avec les paradis fiscaux.
  • Forcer l’examen des moyens à la disposition de l’Agence du revenu du Canada (ARC) pour enquêter sur ce phénomène, ainsi que sur les moyens législatifs permettant d’obliger les grandes entreprises faisant affaire au Canada à payer leur juste part de taxes et d’impôt.
  • Mettre en lumière l’hypocrisie de l’ARC, qui investit des sommes considérables pour serrer la vis aux serveuses et serveurs qui ne déclarent pas assez de pourboire, mais ne fait strictement rien pour empêcher les grandes entreprises de placer leur argent dans l’un des 25 paradis fiscaux autorisés par le gouvernement canadien.
  • Mettre fin à l’évasion fiscale en taxant les fonds cachés dans les paradis fiscaux. Exiger des entreprises qu’elles prouvent que leurs filiales à l’étranger sont de vraies entreprises menant des activités aux fins fiscales.
  • Financer adéquatement l’ARC pour qu’elle perçoive les revenus cachés dans les paradis fiscaux.
 

Assurance-emploi et droits du travail

Parti libéral du Canada Parti conservateur Nouveau Parti démocratique Bloc québécois Parti vert du Canada Parti populaire du Canada
  • Un salaire minimum fédéral de 15 $ de l’heure à compter de 2020.
  • Un nouveau congé fédéral, la Journée canadienne de la Famille.
  • De nouvelles dispositions, qui seront élaborées de concert avec les employeurs et les syndicats, et qui donneront aux travailleuses et travailleurs le « droit de se déconnecter ».
  • Un meilleur soutien pour la santé mentale des travailleuses et travailleurs, en incluant la santé mentale en tant qu’élément spécifique des normes de santé et de sécurité au travail.
  • Prolonger les prestations de maladie de l’assurance-emploi de 15 à 26 semaines.
 
  • Mettre en place un seuil d’admissibilité universel de 360 heures pour s’assurer qu’un plus grand nombre de Canadiennes et Canadiens ont accès aux prestations.
  • Rétablir le système d’appel pour rendre des décisions rapides et équitables.
  • Pour aider les Canadiennes et Canadiens des industries saisonnières à combler l’écart entre la fin de l’assurance-emploi et le début du travail saisonnier, réintroduire le projet pilote des cinq semaines supplémentaires de prestations régulières et le rendre permanent.
  • Augmenter le taux de remplacement du revenu à 60 % et créer un supplément pour les gens à faible revenu, permettant un montant minimum de prestations régulières ou spéciales d’assurance-emploi de 1 200 dollars par mois.
  • Accroitre les prestations de maladie pour qu’elles atteignent 50 semaines, élargir l’accès aux prestations pour suivre une formation et créer un projet pilote pour permettre aux travailleuses et travailleurs ayant une invalidité épisodique d’accéder périodiquement, selon leurs besoins, aux prestations de maladie.
  • Protéger le Compte des opérations de l’assurance-emploi afin que les gouvernements futurs ne puissent jamais plus y prendre de l’argent.
  • Proposer un examen complet du régime de l’assurance-emploi, ce qui n’a pas été fait depuis 15 ans, et demander certaines modifications, notamment une réelle caisse d’assurance-emploi autonome, une meilleure accessibilité, une hausse du taux de prestation du revenu, l’abolition du délai de carence, une plus longue période de prestations et l’abolition du Tribunal de la sécurité sociale.
  • Instaurer une loi anti-briseurs de grève au fédéral, inspirée de l’expérience québécoise.
  • Établir un revenu minimum garanti.
  • Respecter les employées et employés syndiqués de la fonction publique fédérale et la négociation collective en rejetant les lois de retour au travail comme outil de négociation.
  • Interdire les stages non rémunérés dans les milieux de travail du secteur privé, à l’exception des stages de travail-études ou d’apprentissage par expérience donnant droit à des crédits remis par des établissements d’études postsecondaires.
  • Créer un poste d’ombudsman fédéral pour fournir de l’aide impartiale et indépendante aux employées et employés démoralisés et victimes de harcèlement.
 

Environnement et ressources naturelles

Parti libéral du Canada Parti conservateur Nouveau Parti démocratique Bloc québécois Parti vert du Canada Parti populaire du Canada
  • Maintenir la taxe carbone.
  • Interdire le plastique à usage unique dès 2021.
  • Respecter les engagements de l’Accord de Paris (réduire de 30 % les seuils d’émissions de gaz à effet de serre [GES] de 2005 d’ici 2030).
  • Zéro émission nette d’ici 2050. Plantation de deux milliards d’arbres d’ici 2050.
  • Éliminer les centrales au charbon d’ici 2030.
  • S’assurer que 90 % de l’électricité provient de sources non émettrices de GES.
  • Interdire la vente de véhicules à combustion d’ici 2040.
  • Investir dans des projets d’énergie renouvelable les 500 millions de dollars en recettes anticipées annuellement par l’expansion du pipeline Trans Mountain.
  • Réduire de moitié l’impôt payé par les entreprises qui développent des technologies ou fabriquent des produits zéro émission.
  • L’impôt payé par les petites entreprises de technologies propres passera de 9 % à 4,5 %, et celui des grandes entreprises du même secteur, de 15 % à 7,5 %.
  • Continuer à montrer l’exemple et veiller à ce que tous les édifices fédéraux soient alimentés à l’énergie propre d’ici 2022.
  • Se servir du pouvoir d’achat du gouvernement fédéral pour accélérer l’adoption des technologies propres en renforçant les politiques actuelles en matière d’achats écologiques.
  • Plan d’action de six points pour éliminer les barrières créées par Justin Trudeau et bâtir des pipelines :
    • Annuler la taxe sur le carbone;
    • Abolir le projet de loi anti-pipelines C-69;
    • Mettre fin à l’interdiction des expéditions en Colombie-Britannique;
    • Établir des échéances pour les approbations;
    • Éliminer l’ingérence étrangère dans le processus d’approbation;
    • Invoquer les compétences fédérales au besoin.

  • Par la suite, créer un corridor énergétique national qui permettra le transport du pétrole canadien, du gaz et de l’électricité, et la transmission des télécommunications.
  • Respecter les engagements de l’Accord de Paris (réduire de 30 % les seuils d’émissions de GES de 2005 d’ici 2030).
  • Réintroduire le crédit d’impôt pour le transport en commun.
  • Crédit d’impôt pour les rénovations écoresponsables
  • Mettre sur pied un plan vert de 15 milliards de dollars sur 4 ans.
  • Réduire les GES selon des objectifs plus ambitieux que ceux adoptés par le gouvernement Trudeau.
  • Créer un bureau de la responsabilité climatique.
  • Mettre fin aux subventions destinées aux pétrolières.
  • Maintenir la tarification carbone.
  • Interdire les plastiques à usage unique partout au Canada d’ici trois ans.
  • Protéger 30 % du territoire d’ici 2030.
  • Instaurer une banque canadienne du climat (3 milliards de dollars).
  • Améliorer le Code national du bâtiment pour qu’il soit « zéro énergie nette » en 2030.
  • Rénover les logements sociaux de façon écoénergétique.
  • Investir 6,5 milliards de dollars dans l’électrification des transports :
    • Électrification des transports collectifs;
    • Crédits à l’achat d’autos électriques.
  • Alimenter le Canada en électricité sans carbone net d’ici 2030 et passer à une électricité 100 % sans émission d’ici 2050.
  • Éliminer les subventions fédérales aux entreprises pétrolières et gazières.
  • Proposer un projet de loi affirmant la primauté du Québec en matière d’environnement sur son territoire, prévoyant un droit de veto sur tout projet de transport de pétrole par oléoduc ou par train.
  • Bloquer le projet de pipeline Énergie Est.
  • Déposer un projet de loi émission zéro, qui obligera chaque manufacturier à vendre un minimum de voitures à zéro émission en fonction du nombre de voitures à essence vendues.
  • Enrichir le programme de rabais à l’achat d’un véhicule électrique, notamment pour les ménages à faible revenu.
  • Proposer que le gouvernement fédéral lance un programme d’infrastructures atteignant 10 milliards de dollars par an, tourné vers les transports en commun et l’électrification des transports. Pour assurer la cohérence et l’efficacité des projets d’infrastructures au Québec, le gouvernement fédéral transférera en bloc l’ensemble des sommes y étant destinées au gouvernement du Québec.
  • Exiger la fin des subventions aux énergies fossiles.
  • Proposer un système de péréquation verte. Celle-ci, plutôt qu’une forme de compensation, agirait comme une bourse d’excellence basée sur les efforts de réduction d’émissions de GES du Québec et des provinces.
  • Travailler à l’élimination des pesticides tueurs d’abeilles tels les néonicotinoïdes.
  • Mettre sur pied des programmes de rénovations vertes.
  • Charger un cabinet restreint transpartisan de la lutte contre les changements climatiques afin de contrecarrer les effets dévastateurs que la politique partisane exerce sur l’action climatique depuis deux décennies.
  • Fixer à 60 % la cible de réduction des GES par rapport au niveau de 2005 d’ici 2030 et viser zéro émission d’ici 2050.
  • Maintenir la taxe carbone.
  • D’ici 2030, s’assurer que tous les nouveaux véhicules seront alimentés à l’électricité. D’ici 2040, remplacer tous les véhicules à moteur à combustion interne par des véhicules électriques.
  • Exempter les véhicules neufs ou usagés électriques ou à émission zéro de la taxe de vente fédérale.
  • Augmenter le nombre de bornes de recharge pour véhicules électriques.
  • D’ici 2030, restructurer et moderniser le réseau de distribution électrique est-ouest pour s’assurer que de l’énergie renouvelable est transmise d’une province à l’autre.
  • Mettre fin à toute importation de pétrole étranger et privilégier le pétrole canadien.
  • N’approuver aucun nouveau projet lié à un pipeline, à l’extraction ni à la production de charbon, à l’extraction de pétrole ni de gaz, incluant le forage de puits en mer.
  • Élaborer une stratégie nationale d’amélioration écoénergétique des bâtiments.
  • S’attaquer aux émissions de GES produites par des activités non touchées par l’Accord de Paris comme le transport international, l’aviation et les opérations militaires.
  • Éliminer toutes les subventions aux combustibles fossiles, y compris les montants forfaitaires et les déductions fiscales.
  • Restaurer complètement la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale.
  • Adopter des règlements stricts sur les pesticides et sur les autres produits chimiques.
  • Élaborer une stratégie nationale sur l’eau potable.
  • Interdire tous les plastiques à usage unique d’ici 2022.
  • Protéger au moins 30 % des eaux et des terres d’ici 2030.

Ressources naturelles

  • Contrer la propagande anti-pétrole et anti-pipeline émanant d’écologistes radicaux et de fondations étrangères.
  • Abroger le projet de loi no C-48 (réduire le transport du pétrole en Colombie-Britannique).
  • Abroger le projet de loi no C-69 (réviser la façon dont le fédéral approuve les projets énergétiques importants).
  • Approuver les projets de pipeline en utilisant un processus simplifié.
  • Trouver un acheteur privé pour Trans Mountain.
  • Réaffirmer la compétence fédérale sur la construction de pipelines en invoquant l’article 92(10) de notre constitution, en vertu duquel le Parlement peut déclarer tout projet comme étant pour l’avantage général du Canada.

Changements climatiques

  • Se retirer de l’Accord de Paris et abandonner les objectifs irréalistes de réduction des émissions de GES.
  • Cesser d’envoyer des milliards de dollars aux pays en développement pour les aider à réduire leurs émissions.
  • Abolir la taxe sur le carbone du gouvernement libéral et laisser les gouvernements provinciaux adopter des programmes de réduction des émissions s’ils le souhaitent.
  • Abolir les subventions aux technologies vertes et laisser les acteurs privés développer des solutions de rechange rentables et efficaces.
  • Investir dans des stratégies d’adaptation si des problèmes résultent d’un changement climatique naturel.
  • Prioriser la mise en œuvre de solutions pratiques pour rendre l’air, l’eau et les sols plus propres au Canada, y compris en s’assurant que les communautés éloignées des Premières Nations ont accès à de l’eau potable.

Condition des femmes

  Parti libéral du Canada Parti conservateur Nouveau Parti démocratique Bloc québécois Parti vert du Canada Parti populaire du Canada

Équité salariale

   
  • Adopter des lois et des règlements proactifs en matière d’équité salariale.
 
  • Appliquer pleinement les règles fédérales en matière d’équité salariale.
 

Avortement

  • Protéger les droits des femmes de prendre des décisions concernant leur corps et rendre la planification familiale et l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive plus accessibles et plus abordables.
 
  • Respecter le fait que toutes les personnes ont droit à des services d’avortement et de santé reproductive sûrs et accessibles.
  • Donner accès facilement et sans frais aux personnes qui le désirent à une gamme complète de contraceptifs d’ordonnance et de soins de santé reproductive, par l’entremise de l’assurance maladie et du régime public d’assurance médicaments.
  • Conformément à l’option pro-choix, défendre sans condition le droit des femmes à interrompre de façon volontaire leur grossesse. Le Bloc québécois s’opposera à tout projet de loi qui aurait pour effet de limiter le droit des femmes de disposer elles-mêmes de leur propre corps.
  • Élargir l’accès à des services d’avortement sans risque.
 

Autres

  • Introduire un nouveau système de congé familial payé garanti d’une durée d’un an.
  • Politique d’aide internationale féministe.
  • Intégration de l’approche ACS+ (analyse comparative selon les sexes) dans l’élaboration des politiques publiques.
  • Davantage de mesures pour protéger les Canadiennes et Canadiens contre la violence fondée sur leur sexe (VFS) et la violence fondée sur leur expression de genre.
  • Rendre non imposables les prestations de maternité et les prestations parentales.
  • Créer jusqu'à 250 000 places en services de garde avant et après l'école pour les enfants de moins de dix ans.
  • Baisser les frais des services de garde avant et après l'école de 10% dans l'ensemble du pays.
  • Rendre les prestations de maternité de l’assurance-emploi libres d’impôt.
  • Élaborer un plan d’action pancanadien pour mettre fin à la violence fondée sur le genre.
  • Instaurer des congés professionnels en cas de violence familiale.
  • S’assurer que des services de garde de qualité, sans but lucratif et abordables sont accessibles à toutes les familles canadiennes.
  • Un système national de garderie, 500 000 places pour 2030.
  • Ces places seraient gratuites pour les moins nantis et coûteraient 10$ par jour pour ceux qui en ont les moyens.
  • Favoriser la participation politique des femmes.
  • Bonifier la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat, notamment en y simplifiant les mesures fiscales aux entrepreneures à temps partiel.
  • Veiller à ce que soit établi un remboursement plus élevé aux partis politiques qui font élire un nombre de femmes correspondant à la zone paritaire afin de favoriser la participation des femmes en politique.

  • Entreprendre une réforme de l’assurance-emploi pour que les femmes qui perdent leur emploi vers la fin de leur congé de maternité et parental ou au retour de celui-ci puissent être protégées par les prestations.

  • Travailler avec les groupes de femmes et les organisations autochtones afin d’élaborer un plan d’action national détaillé pour mettre fin à la violence contre les femmes.
  • Rétablir le Programme d’amélioration des maisons d’hébergement en allouant un financement de 40 millions de dollars sur 4 ans en vue d’élargir l’accès aux refuges.
  • Légaliser l’industrie du sexe.
 

Réforme du mode de scrutin

Parti libéral du Canada Parti conservateur Nouveau Parti démocratique Bloc québécois Parti vert du Canada Parti populaire du Canada
   
  • Mettre en place la représentation proportionnelle mixte au cours du premier mandat.
  • Former une assemblée constituante indépendante afin d’établir les modalités du nouveau système.
  • Une fois que les Canadiennes et Canadiens auront eu la chance d’utiliser le nouveau mode de scrutin et de le comparer à l’ancien, tenir un référendum afin de confirmer le choix.
 
  • S’assurer que l’élection de 2019 soit la dernière à se dérouler selon le mode de scrutin majoritaire uninominal à un tour.
  • Créer une assemblée citoyenne sur la réforme électorale ayant pour mandat de formuler des recommandations au Parlement.
  • Veiller à ce que les changements législatifs nécessaires pour mettre en œuvre les recommandations de l’assemblée citoyenne soient apportés à temps pour l’élection fédérale de 2023.