Livre blanc sur la Politique québécoise de la jeunesse

21 mars 2014

Le gouvernement Marois a déposé le 4 février 2014 un Livre blanc sur la politique québécoise de la jeunesse. Le dépôt du Livre blanc a fait suite à une vaste consultation - Destination 2030 - qui se voulait un lieu privilégié pour contribuer à la réflexion et interagir avec les citoyennes et citoyens interpellés par les enjeux jeunesse.

Le livre blanc accorde davantage d’importance aux actions destinées aux jeunes d’âge scolaire, tout en poursuivant l’action auprès des 16-35 ans. Ainsi, le livre blanc :

  • Reconnait le rôle important que l’école doit jouer pour soutenir la participation citoyenne et l’engagement des jeunes, notamment ceux du primaire et du secondaire (importance de l’engagement, reconnaissance de la place du parascolaire, mise en place de parlements au secondaire, politiques favorisant l’activité physique et l’adoption de saines habitudes de vie chez les jeunes, réussite éducative des jeunes, stratégie nationale intégrée de reconnaissance jeunesse) ;
  • Propose des mesures favorisant l’inclusion des jeunes de 18-24 ans qui ne sont ni au travail ni aux études par la création d’un service citoyen inspiré des modèles européens et américains ;
  • Promeut le développement d’échanges entre jeunes Québécoises et Québécois (des milieux urbain, rural et autochtone), leur engagement dans la société et l’élaboration d’alliances intergénérationnelles (mentorat, échanges) ;
  • Suggère des moyens de soutenir les jeunes par la conciliation famille-travail-études (service de garde en milieu scolaire et de travail) ;
  • Vise à favoriser l’insertion des jeunes dans la fonction publique, le développement de l’entrepreneuriat, la formation des jeunes administratrices et administrateurs de la relève ainsi qu’à promouvoir leur place dans les lieux décisionnels.

S’il a été généralement bien reçu des milieux jeunesse, le livre blanc propose peu de nouvelles mesures. Il recycle en fait de nombreux programmes, mesures et services existants. Il fait fi de préoccupations importantes mentionnées par les jeunes (environnement et développement durable), souffre d’un manque de propositions concrètes pour améliorer les conditions de travail des jeunes du Québec et la conciliation famille-travail-études. Enfin, la politique devra avoir les moyens de ses ambitions. Le développement d’une citoyenneté active et responsable chez les jeunes, comme souhaité par le livre blanc, devra passer nécessairement par l’école qui, pour l’instant, ne dispose pas des ressources lui permettant de mener à bien ces tâches. Le gouvernement invitera la société civile à bonifier sa proposition lors d’une commission parlementaire.