Identité québécoise : langue, laïcité et culture

21 mars 2014

La Ministre responsable de la Charte de la langue française, Diane De Courcy, a présenté en 2012 un projet de loi modifiant la Charte de la langue française et la Charte des droits et libertés de la personne. À titre de membre de partenaires pour un Québec français nous espérons que le projet de loi introduise des mesures pour renforcer la force d'attraction du français comme langue commune.

Toutefois, les ténors libéraux et caquistes ont critiqué vertement le projet de loi visant à renforcer la Charte de la langue française en niant le recul de la langue française tant au Québec, qu’à Montréal en particulier. Ils ont bloqué toute amélioration et ils ont provoqué le rejet du projet de loi no 14.

LAÏCITÉ

Lors de la campagne électorale, le PQ avait promis d’élaborer une charte québécoise de la laïcité. Cette promesse a pris la forme du projet de loi no 60 sur les valeurs de laïcité et de neutralité religieuse de l’État présenté par le ministre Bernard Drainville.

Malgré les consensus majeurs sur les principes de ce projet de loi, le débat a porté essentiellement sur le port des signes religieux dans les services publics.

Dans sa forme actuelle, ce projet de loi ne sera jamais adopté, compte tenu de l’opposition tant du PLQ et de la CAQ que de QS. Cette question, fondamentale pour l’identité québécoise, sera certes un enjeu de la campagne électorale.

CULTURE

Le PQ avait promis de « favoriser dans toutes les régions du Québec la vitalité des arts et de la cultur e, de la création à la diffusion, en appuyant les réseaux actuels de création et de diffusion et d’augmenter la présentation d’oeuvres, de productions ou d’artistes québécois ».

De petits gestes ont été posés. Le ministre de la Culture et des Communications, Maka Kotto, a attribué, à l’été 2013, une aide financière de 1 million de dollars à 11 organismes nationaux de la jeune relève amateur et du loisir culturel. Il a aussi réduit les tarifs d’accès aux musées pour les jeunes de 13 à 17 ans.

De plus, de concert avec le MELS, le ministre a renouvelé le Protocole d’entente interministériel Culture-Éducation permettant, entre autres, la mise en place d’un nouveau volet appelé « Une école accueille un artiste ». Ce dernier se fera dans un premier temps sous la forme de projets pilotes.

Finalement, le ministre a présenté un projet de loi sur le patrimoine culturel et il a dévoilé en février dernier un plan d’action pour les musées du Québec.