C-377 : l’urgence de riposter !

Maxime Maguire

Les sénateurs ont tenté de renverser les règles du Sénat vendredi dernier afin de faire adopter le projet de loi C-377 qui est antidémocratique, antisyndical, inconstitutionnel et totalement irrespectueux des représentantes et représentants de la société civile. Aux dernières nouvelles, il semble que le Sénat poursuive les discussions aujourd'hui pour ensuite adopter le projet de loi mardi, soit demain, en fin d'après-midi.

Il est donc impératif de riposter. Pour faire volte-face au gouvernement sournois d'Ottawa, la CSQ met à la disposition des travailleuses et travailleurs une lettre argumentaire adressée à tous les sénateurs à l'adresse internet suivante : lacsq.org/c377. Ainsi, toute personne voulant signifier son désaccord n'aura qu'à cliquer pour agir et riposter !

Rappelons que le projet de loi C-377 vise, entre autres, à obliger les organisations syndicales à publier sur le Web leurs états financiers, les sommes accumulées dans leur fonds de résistance syndicale, les montants alloués aux campagnes de publicité pendant les périodes de négociation, le nom des firmes qui ont fait le travail, et bien d'autres informations sensibles. Cela permettrait aux opposants des groupes syndicaux d'avoir accès à une foule de renseignements qui ont un caractère stratégique, particulièrement en période de conflit de travail.

Les motivations de transparence du gouvernement Harper sont douteuses. Cela ressemble davantage à une idéologie néolibérale pour faire taire l'opposition aux visées du gouvernement conservateur. Il ne faut pas se leurrer, les associations patronales et les lobbies de droite comme l'Institut économique de Montréal (IEDM), l'Institut Fraser et bien d'autres bénéficient pourtant des mêmes crédits d'impôt que les syndicats sans toutefois être visés par le projet de loi C-377.

Lien pertinent