Consultations sur la politique culturelle - « Télé-Québec, la grande oubliée », déplore la CSQ

7 septembre 2017

Montréal, le 7 septembre 2017. – « Notre surprise a été grande de constater que la politique québécoise de la culture n’évoque nulle part l’apport et le devenir de Télé-Québec! C’est un oubli inexplicable et inquiétant pour l’avenir de cette importante institution. »

Telle est l'une des réflexions soulevées par la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) dans l’avis déposé à l’occasion des consultations sur la politique culturelle du gouvernement.

En effet, la CSQ déplore que Télé-Québec soit totalement occultée de cette réflexion sur la culture : « Il nous semble essentiel de reconnaître à Télé-Québec son rôle de pierre angulaire dans le rayonnement de la culture québécoise et dans la réalisation de ses divers objectifs de développement culturel. La CSQ a toujours appuyé la mission éducative et culturelle de ce diffuseur et fait valoir l’importance de son rôle de programmateur, de producteur et de diffuseur d’émissions de qualité, en langue française, pour le plus grand nombre possible de Québécoises et Québécois », soutient Daniel B. Lafrenière, secrétaire-trésorier de la CSQ.

Une mission éducative à défendre

Mentionnons que, selon le rapport d’activités du diffuseur public, son antenne rejoint 97 % de la population du Québec, trois enfants sur quatre regardent Télé-Québec chaque semaine et il présente 17 des 20 émissions jeunesse les plus écoutées au Québec.

« De plus, rappelons qu’au fil des années, ce diffuseur a tissé des liens avec le milieu de l’éducation : aujourd’hui, le programme Télé-Québec en classe présente des trousses éducatives en appui au personnel enseignant. Le gouvernement doit donc faire en sorte de permettre à Télé-Québec de continuer à jouer un rôle majeur partout au Québec et de demeurer un rouage important du maillage entre éducation et culture », ajoute le leader syndical.

Deux priorités pour le prochain plan d’action

En terminant, le porte-parole de la CSQ exprime le vœu que la politique québécoise de la culture priorise essentiellement deux choses : la langue française comme vecteur de la culture québécoise et l’indispensable maillage éducation-culture. Pour ce faire, l’attention et les ressources nécessaires doivent leur être accordées dans le prochain plan d’action culturel.

Pour consulter l'avis déposé par la CSQ, cliquer ici.

Profil de la CSQ

La CSQ représente plus de 200 000 membres, dont près de 130 000 dans le secteur public. Elle est l’organisation syndicale la plus importante en éducation et en petite enfance au Québec. La CSQ est également présente dans le secteur des communications, représentant notamment plus de 150 travailleuses et travailleurs de Télé-Québec.