Centrale des syndicats du Québec (CSQ) - Nouvelle

Situation dans les écoles de la Côte-Nord | Faut que ça change, maintenant!

14 mai 2019

Sept-Îles, le 15 mai 2019. – Le Syndicat de l’enseignement de la région du Fer (SERF-CSQ) tiendra son congrès triennal les 15 et 16 mai, à l’Hôtel Sept-Îles, lui permettant notamment d’identifier des réponses adéquates aux problèmes sérieux vécus dans les écoles publiques de la Côte-Nord et de se préparer pour la prochaine négociation dans le secteur public.

Au cours de ce congrès, la présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ), Josée Scalabrini, le secrétaire-trésorier de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Luc Beauregard et le président de la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ), Éric Pronovost, viendront partager leurs réflexions sur les enjeux de la prochaine négociation afin de trouver des solutions concrètes aux maux qui affligent l’école publique dans la région et ailleurs en province.

La présidente du SERF-CSQ, Janine Hould, rappelle que la Côte-Nord connaît d’importants problèmes de recrutement d’enseignantes et enseignants ainsi que d’éducatrices et éducateurs spécialisés. « Après des années d’austérité budgétaire, le personnel est à bout de souffle et les services aux élèves ne sont pas tous au rendez-vous. Il est plus qu’urgent de valoriser les gens qui portent l’école à bout de bras et qui veulent avoir plus de ressources pour y arriver. Moins de précarité, de meilleurs salaires, une composition de la classe plus équilibrée et plus de services pour les élèves font partie des conditions de travail qu’il faut revoir », rappelle Janine Hould, qui termine son mandat cette année.

Une situation inacceptable qui a assez duré

Les gouvernements successifs ont fait la sourde oreille aux besoins urgents des élèves en difficulté et aux problématiques vécues par le personnel de l’éducation. Pourtant, les besoins sont immenses. « Le premier ministre, François Legault, affirme haut et fort depuis quelques années que l’éducation est une priorité nationale. Alors que le gouvernement du Québec engrange maintenant les surplus budgétaires, il est temps de passer de la parole aux actes en valorisant le travail de l’ensemble du personnel de l’éducation. Faut que ça change, maintenant! », a conclu la présidente du syndicat.