Que peut-on sauver ?

5 décembre 2017

Le verbe sauver a un sens moins large que son équivalent anglais save, ce qui l’expose à de nombreux anglicismes. En français, on peut sauver quelqu’un d’un danger, de la mort et on peut sauver quelque chose de la destruction, de la disparition. Par contre, on ne peut sauver de l’argent, du temps, ses forces ou un fichier.

Sauver de l’argent sera donc remplacé par : économiser ou épargner (de l’argent), faire des économies.

Sauver du temps, par : gagner du temps.

Sauver ses forces, par : ménager ses forces.

Sauver un fichier, par : sauvegarder ou enregistrer un fichier.

Saviez-vous que…

Vivre sur du temps emprunté est un anglicisme. C’est ce que nous dit Guy Bertrand, le conseiller linguistique de Radio-Canada. Cette expression, que l’on ne trouve pas dans les dictionnaires, vient de l’anglais to live on borrowed time et signifie pour une personne qu’elle bénéficie d’un délai ou d’une période de répit. Comme elle vient du droit criminel, on peut la remplacer par être en sursis ou bénéficier d’un sursis. Lorsqu’il s’agit d’un chef de parti, on dira plutôt que ses jours sont comptés. Pour consulter d’autres capsules de ce chroniqueur, traitant principalement de la langue parlée : http://linguistique.radio-canada.ca/category/le-francais-au-micro/.