Négo CPE

13 septembre 2017

Des négos cruciales pour nos tout-petits

Sans convention collective depuis le printemps 2015, les intervenantes en CPE membres de la FIPEQ-CSQ sont présentement en négociations afin d’obtenir des conditions de travail à la hauteur de leur dévouement pour les enfants du Québec.

Au cœur de leurs revendications : doubler les ressources pour les enfants avec des besoins particuliers, des hausses salariales suivant la moyenne provinciale et une contribution plus équitable du gouvernement au régime d’assurance-collective.

Les derniers mois ont vu une mobilisation sans précédent des intervenantes en CPE : après de multiples actions locales, le 29 avril a vu des centaines de personnes défiler à Montréal, Québec, Sherbrooke et Rouyn-Noranda, envoyant un message clair au ministre de la Famille Sébastien Proulx sur la mobilisation et la détermination des passionnées de petite enfance de partout au Québec. <

De plus, des centaines de membres portent régulièrement le lacet rouge, le symbole de leur lutte qui représente leur attachement aux enfants, au réseau des CPE et à leurs conditions de travail.

Grâce à cette mobilisation, plusieurs gains ont été obtenus sur les tables de négociation regroupée et nationale, notamment l’introduction du droit à un retour progressif et un règlement favorable pour les congés pour obligation familiale, en plus de mettre fin à certaines demandes patronales excessives, par exemple les heures brisées.

Les négociations surviennent sur un fond de crise pour le réseau des CPE. Les dernières années ont été marquées par des compressions de plusieurs centaines de millions de dollars dans le réseau, des compressions qui ont affecté les services aux enfants et augmenté considérablement la pression sur les employées. De plus, la modulation des frais de garde a poussé des milliers de parents à opter pour des garderies privées avec moins de garanties de qualité et de sécurité.

Les négociations actuelles visent également à assurer la pérennité du réseau des CPE, un réseau que les Québécois ont adopté et qu’ils apprécient profondément.

Les prochains mois seront cruciaux pour la progression de ces négociations. Toutes et tous, pour nos tout-petits et pour celles qui s’en occupent, soyons solidaires et mobilisés aux côtés des intervenantes en petite enfance!