Le SIISNEQ-CSQ conclut une entente originale avec le CISSS de la Côte-Nord

13 avril 2018

Côte-Nord, le 13 avril 2018. – Le Syndicat des intervenantes et intervenants de la santé du Nord-Est québécois (SIISNEQ-CSQ) a conclu une entente avec le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Côte-Nord (CISSS de la Côte-Nord), qui permettra une plus grande stabilité des équipes d’infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes au cours de la période allant du 27 mai au 13 octobre prochain.

La présidente du SIISNEQ-CSQ, Nathalie Savard, soutient qu’il s’agit là d’une très bonne nouvelle, puisqu’elle permettra au personnel de la santé de la Côte-Nord de bénéficier de meilleurs horaires au cours de la période estivale.

« Nos membres infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes pourront hausser leurs disponibilités à la hauteur d’un poste à temps complet et l’employeur leur soumettra un horaire planifié en conséquence. Une fois cela fait, cet horaire ne pourra plus être modifié, ce qui assurera à nos membres une plus grande stabilité, tant sur le plan professionnel que personnel », explique Nathalie Savard.

Une meilleure stabilité des équipes

La présidente du SIISNEQ-CSQ se dit convaincue que cette ouverture, manifestée par le CISSS, aura des impacts positifs qui contribueront à stabiliser les équipes de soins. « Cette entente améliore les conditions de travail de nos membres. Cela va aider également au niveau de l’attraction et de la rétention du personnel », soutient la leader syndicale.

Le SIISNEQ-CSQ a d’ailleurs soumis l’entente à ses membres qui l’ont bien accueillie. « C’est un soulagement pour tous de savoir qu’ils connaîtront leur horaire de travail à l’avance durant tout l’été et qu’il n’y aura pas de changement à la dernière minute », de dire Nathalie Savard.

D’autres bonnes nouvelles à venir

Cette dernière est bien consciente que cet accord ne règle pas tout. « Nous avons travaillé très fort pour conclure cette entente et nous allons continuer à multiplier les efforts pour essayer de mettre en place des solutions concrètes aux problèmes existants et à ceux soulevés tout particulièrement dans le cadre du récent Sommet sur la pénurie de main-d’œuvre, organisé par le CISSS de la Côte-Nord. »

Nathalie Savard ajoute que le Syndicat profitera des négociations locales pour chercher des solutions originales aux problèmes. « Nous miserons également sur les projets de ratio personnel-patients pour tenter d’améliorer les conditions de travail de nos membres et nous continuerons à exiger, auprès du ministre de la Santé, du financement adéquat pour le réseau de santé public », précise-t-elle.

Pas de solution magique

La présidente du SIISNEQ-CSQ termine en mentionnant qu’il n’existe pas une seule solution magique pour régler les multiples difficultés que nous rencontrons dans nos milieux de travail, telles que le temps supplémentaire, le temps supplémentaire obligatoire et le taux d’absentéisme. Il faut plutôt identifier diverses mesures concrètes dont la somme des effets finira par améliorer la situation générale dans les meilleurs intérêts de tous.