Centrale des syndicats du Québec (CSQ) - Nouvelle

Consultations prébudgétaires | L'urgence est au réinvestissement selon la CSQ

16 janvier 2019

Québec, le 16 janvier 2019. – « Dans son prochain budget, le gouvernement Legault doit démontrer une réelle volonté de redresser les nombreux dommages causés par l’austérité. Il faut réinvestir et améliorer la qualité et l’accessibilité des services publics qui font la richesse du Québec. »

Voilà ce qui ressort du mémoire présenté aujourd’hui par la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) dans le cadre des consultations prébudgétaires.

« En campagne électorale, la CAQ a mis de l’avant sa volonté de couper dans les taxes et impôts des citoyennes et citoyens tout en stabilisant le financement des services publics. Pour la CSQ, ces deux objectifs semblent irréconciliables. Depuis cinq ans, si l’on compte la baisse de la taxe scolaire annoncée par le gouvernement Legault, 5 milliards de dollars de baisse d’impôt ont déjà été accordés. Aller plus loin en ce sens pourrait replonger les services publics en compressions. Cela nous inquiète grandement », souligne Sonia Ethier, présidente de la CSQ.

Éducation

« La CAQ prétend que l’éducation est sa priorité nationale et souhaite en stabiliser le financement. Nous partageons cette volonté. Par contre, pour y arriver, le gouvernement devra injecter de nouvelles sommes tout en préservant le financement suffisant des programmes déjà en place », ajoute la leader syndicale.

Pour le réseau scolaire, la CSQ recommande, entre autres, un ajout significatif de ressources professionnelles et de soutien en services directs aux élèves afin de répondre aux besoins de prévention, ainsi que d’évaluation et d’intervention auprès des élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (HDAA) et auprès des élèves à risque. Pour la Centrale, il est également nécessaire d’augmenter le financement et de réviser le mode de financement accordé à l’éducation des autochtones. De plus, les budgets octroyés à la formation professionnelle et à la formation générale des adultes doivent être à la hauteur des besoins.

Enseignement supérieur

En enseignement supérieur, dans un contexte où les besoins de la population étudiante explosent et devant l’augmentation du nombre d’élèves en situation de handicap ou en difficulté, le gouvernement doit rehausser les moyens dont dispose le personnel pour soutenir la réussite académique. Pour développer et maintenir une formation diversifiée, il faut ajuster le mode de financement des établissements d’enseignement supérieur en fonction de leurs réalités régionales, de leurs missions et de la taille de chacun d’entre eux. Il faut que l’enveloppe budgétaire consacrée à la formation continue dans le réseau collégial soit déplafonnée. Enfin, il faut augmenter de manière durable le financement de la recherche universitaire.

Petite enfance

« La CAQ doit réaliser rapidement sa promesse de revenir à une contribution unique et universelle pour les services de garde éducatifs à l’enfance », soutient Sonia Ethier.

Pour la CSQ, le gouvernement doit aller plus loin et abolir le crédit d’impôt pour frais de garde qui favorise les garderies privées. Les sommes économisées pourront servir à créer un nombre de places suffisant en services de garde éducatifs à contribution réduite.

Santé et services sociaux

Pour la CSQ, les compressions et les réorganisations dans les établissements de santé ont créé une véritable crise de l’organisation du travail. Pour Sonia Ethier, « le gouvernement doit réinvestir dans le réseau pour améliorer l’accès, la qualité et la sécurité des soins tout en offrant des postes à temps complet décents et attrayants à son personnel. » L’explosion des postes vacants additionnée aux nombreuses absences en congé de maladie accentuent le recours au temps supplémentaire et à la main-d’œuvre indépendante, engendrant ainsi une explosion des coûts.

Une autre solution proposée au gouvernement caquiste, qui souhaite mieux gérer les finances publiques, est l’instauration d’une assurance médicaments publique et universelle combinée à la révision de la Politique du médicament.

Une priorité incontournable

« Nous croyons que le financement adéquat et stable des services offerts à la population doit redevenir une priorité incontournable pour le gouvernement. Ce dernier ne doit pas se limiter à couvrir les coûts des systèmes des différents réseaux, mais investir plus pour rattraper les retards du Québec et valoriser ses 550 000 employés qui offrent, chaque jour, des services de qualité à la population », conclut Sonia Ethier.

Pour consulter le mémoire de la CSQ