Centrale des syndicats du Québec (CSQ) - Nouvelle

Budget 2019-2020 | Ceci n'est pas le budget de l'éducation!

21 mars 2019

Québec, le 21 mars 2019. –La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) accueille sans enthousiasme le budget déposé aujourd’hui par le ministre des Finances du Québec, Éric Girard. Le gouvernement respecte ses engagements, sans plus, en éparpillant les mesures dans le temps.

« Dans ce budget, il n’y a rien pour me convaincre que l’éducation est LA priorité de ce gouvernement. Alors que le surplus annoncé est de 1,1 milliard de dollars de plus que prévu, il ne réinjecte en réalité que 230 millions supplémentaires en éducation et en enseignement supérieur cette année », a indiqué la présidente de la CSQ, Sonia Ethier. 

Plusieurs mesures sont bienvenues. L’ajout de ressources professionnelles et techniques pour soutenir les élèves en difficulté permettra de répondre, en partie, aux besoins criants dans les écoles; la majoration de l’enveloppe pour les écoles en milieux défavorisés était attendue et nécessaire. Les 29 millions de dollars qui s’ajoutent pour la révision du financement des cégeps, bien qu’insuffisants, représentent un pas dans la bonne direction.

Par contre, d’autres mesures déçoivent. L’ajout de 150 classes spécialisées est nettement insuffisant pour répondre aux besoins, compte tenu qu’il y a plus de 3 000 écoles au Québec et que le nombre d’élèves en difficulté a augmenté de 26 %, comme le soulignait encore récemment la protectrice du citoyen. Du côté des activités parascolaires, le financement d’une heure de plus dans seulement 140 écoles déçoit. « La CAQ égraine la réalisation de ses promesses pour mieux les annoncer de nouveau à l’occasion des prochains budgets », a poursuivi Sonia Ethier.

Face à des difficultés criantes d’attraction et de rétention du personnel dans les réseaux de l’éducation, le ministre Roberge avait promis de revaloriser leur travail. Les quelques mesures annoncées dans le budget qui se résument à des bourses d’excellence et du mentorat ne permettront en rien d’améliorer les conditions de travail dans les milieux. « Les problèmes de surcharge, de manque de ressources matérielles et humaines ainsi que la rémunération non concurrentielle vont persister. Le ministre semble avoir laissé tomber ses anciens collègues. De plus, le gouvernement ne répond pas aux demandes d’une reconnaissance financière pour les stagiaires universitaires et collégiaux », se désole Sonia Ethier.

Petite enfance, une promesse qui se fait attendre

En campagne électorale, la CAQ avait dénoncé la « taxe famille » que représente la contribution additionnelle pour les services de garde et avait promis de l’abolir. « Encore une fois, le gouvernement ne fait qu’un petit pas en la réduisant du quart. Il faudra attendre la veille de la prochaine élection pour en voir la pleine réalisation. Le gouvernement délaisse les CPE et les services éducatifs en milieu familial et ne libère aucune nouvelle somme pour développer de nouvelles places », a-t-elle souligné.

Des efforts notables en santé

Le portrait est plus encourageant du côté du budget de la santé. La CAQ remplit sa promesse de bonifier les soins et les services à domicile en injectant 280 millions de dollars supplémentaires. L’ajout de 900 lits en CHSLD est une bonne initiative. « En réponse aux cris de détresse du personnel du réseau de la santé et des services sociaux, l’injection de 200 millions de dollars pour embaucher de nouvelles infirmières, des préposés aux bénéficiaires et d’autres professionnels est accueillie avec soulagement. Enfin, le gouvernement réalise son engagement de s’occuper, dès la petite enfance, du diagnostic des troubles d’apprentissage en débloquant 48 millions », reconnaît Sonia Ethier.

Quelques belles surprises

Après plusieurs années de demandes par l’ensemble des groupes sociaux, le gouvernement va enfin faire des gestes concrets pour les parents, surtout des mères, en situation de pauvreté. L’exemption des pensions alimentaires du calcul des prestations sociales représente un coup de main plus que bienvenue. « Ces 28 millions de dollars seront appréciés, surtout qu’ils ne constituent que la seule initiative de justice sociale dans ce budget. La bonification du financement des services d’aide aux personnes immigrantes l’est également. Reste à voir comment ces sommes seront utilisées », se questionne la présidente de la CSQ.

« La mesure fiscale pour encourager les travailleuses et travailleurs d’expérience à rester plus longtemps en emploi est aussi appréciée. Par contre, il faudra travailler plus fort pour améliorer les conditions de travail, particulièrement au niveau de la surcharge afin de convaincre les personnes retraitées de revenir travailler dans les services publics », a souligné Sonia Ethier.

Protection de l’environnement nommée, mais timidement

Les cris et les pas de la centaine de milliers de jeunes étudiantes et étudiants dans les rues n’auront pas trouvé écho dans le budget de la CAQ. Amélioration notable, le gouvernement parle d’environnement et récupère plusieurs mesures : l’aide à l’acquisition de véhicules électriques est bonifiée et les projets d’énergies renouvelables encouragés. Par contre, les annonces pour du transport collectif durable et structurant ne dépassent pas le recyclage. Le « petit carré » du ministère de l’Environnement n’augmente que de 0,01 % cette année.

Les vraies priorités

« En comparaison du 1 milliard de dollars supplémentaire qui sera consacré au remboursement de la dette et des 531 millions de dollars qui serviront à diminuer les impôts, les 230 millions de dollars supplémentaires qui seront consacrés à l’éducation nous semblent bien insuffisants », a conclu la présidente de la CSQ.