Centrale des syndicats du Québec (CSQ) - Nouvelle

Bourses de soutien à la persévérance et à la réussite des stagiaires | Un premier pas dans la bonne direction

18 juin 2019

Montréal, le 18 juin 2019. – La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) accueille favorablement la création du Programme de bourses de soutien à la persévérance et à la réussite des stagiaires. Pour la CSQ, il s’agit d’un premier pas dans la bonne direction.

La CSQ tient à saluer l’octroi des bourses de soutien à la persévérance et à la réussite pour les stagiaires. Bien qu’encore incomplète, cette mesure, qui était réclamée de longue date, constitue une avancée concrète. « Les programmes de formation ciblés sont principalement ceux où l’on retrouve majoritairement des femmes, que l’on parle de soins infirmiers, d’éducation à la petite enfance ou de travail social. Il était temps qu’une telle mesure soit mise en place pour favoriser la relève », a indiqué la présidente de la CSQ, Sonia Ethier.

Il est toutefois décevant de constater que malgré les travaux réalisés dans le cadre du chantier sur les stages, les questions relatives à l’encadrement de ceux-ci viendront plus tard, sans échéancier précis et sans dispositif concret mis en place pour la rentrée 2019. « Pour nous, il est clair que l’élaboration d’un guide d’accompagnement pour les établissements constitue une réponse insuffisante face aux besoins exprimés par les stagiaires, notamment en raison des normes et des pratiques qui diffèrent au sein des maisons d’enseignement », a poursuivi Sonia Ethier.

Pour la CSQ, il apparaît impératif d’aller plus loin pour véritablement améliorer les conditions de stages qui sont offertes au Québec alors que de nombreux programmes font face à des baisses d’effectifs alarmantes et que les taux de diplomation en subissent les contrecoups. Plusieurs secteurs de formation appelés à fournir une relève essentielle pour le maintien des services publics sont en situation précaire.

« L’enjeu des conditions de stages constitue une pièce d’un plus vaste puzzle, d’où l’importance d’agir sur plusieurs fronts. Nous faisons face à un grave problème de rareté de la main-d’œuvre dans plusieurs secteurs. Or, si l’on souhaite offrir des services publics de qualité, nous avons besoin de former du personnel qualifié. Cette annonce constitue un pas dans la bonne direction, mais il faudra également améliorer les conditions de travail afin de rendre ces professions réellement attirantes pour favoriser la rétention de la relève », a conclu Sonia Ethier.