Centrale des syndicats du Québec (CSQ) - Nouvelle

Prodige ou prodigue

23 janvier 2019

Les expressions enfant prodige et enfant prodigue prêtent à confusion. Pour les différencier, on peut faire appel aux mots appartenant à la même famille qu’eux.

Un enfant prodige est un enfant qui possède un talent prodigieux. Il est exceptionnellement doué et précoce. Si cela se rapporte à musicien, par exemple, on pourrait dire qu’il joue prodigieusement bien. Dans tous les cas, il s’agit d’un compliment.

Un enfant prodigue fait référence à la prodigalité, au fait de faire des dépenses excessives, de dilapider son bien. C’est aussi relié au verbe prodiguer, soit donner abondamment, généreusement, mais aussi gaspiller. Cette expression fait allusion à l’enfant prodigue de l’Évangile, ce garçon qui reçoit sa part d’héritage avant l’heure, qui la dilapide et qui rentre à la maison paternelle ruiné. De nos jours, l’enfant prodigue, tout comme son homologue biblique, est celui qui, à son retour au nid familial, qu’il a quitté depuis un certain temps, est accueilli chaleureusement. Il s’agit d’une expression péjorative.

Saviez-vous que…

Le contraire d’une ou d’un enfant du numérique est une immigrante ou un immigrant numérique. Cette dernière ou ce dernier est né avant 1974 et n’a donc pas grandi dans un monde numérique. Ils ont dû s’y adapter en intégrant l’ordinateur et les nouvelles technologies à leur façon de travailler. On considère qu’ils utilisent leurs connaissances en la matière de la même façon qu’on manie une langue seconde, c’est-à-dire avec un accent. Le grand dictionnaire terminologique cite le fait d’imprimer ses courriels comme un « accent » des gens de cette génération.