Centrale des syndicats du Québec (CSQ) - Nouvelle

Durée

10 mai 2019

Doit-on indiquer la durée en lettres ou en chiffres? L’Office québécois de la langue française nous renseigne à ce sujet.

Ainsi, les nombres représentant une durée précise, complexe, faisant partie d’une comparaison ou comprise dans une énumération s’écriront en chiffres. L’unité de temps qui s’y rapporte pourra alors être écrite au long ou à l’aide du symbole.

À l’inverse, lorsqu’il s’agit de durées qui sont approximatives, simples et qui ne font partie ni d’une comparaison ni d’une énumération, elles seront écrites en lettres. L’unité de temps qui les accompagne sera aussi écrite en toutes lettres.

Exemples :

On doit remplacer le filtre tous les six mois pour obtenir de meilleurs résultats.

Les travaux routiers de ce tronçon s’étendront sur deux ans.

Elle nous a entretenues des changements à venir durant une heure et demie.

Ce fondeur a battu son propre record, qui était de 1 h 43 min 21 s.

Le trajet en train se fait en 2 h 35, comparativement à 1 h 35 en autocar. (ou 2 heures 351 heure 35)

Saviez-vous que…?

Une infolettre bimensuelle ou semi-mensuelle est produite deux fois par mois. Quant à l’infolettre bimestrielle, elle est publiée tous les deux mois. Le préfixe bi- indique soit la division (bimensuel), soit la multiplication (bimestriel) de la période indiquée. Pour éviter toute ambigüité, il peut être parfois préférable de décrire la fréquence (tous les deux mois) plutôt que d’utiliser l’adjectif. Qu’en est-il de l’infolettre quinzomadaire? Elle est produite toutes les deux semaines, donc, à l’occasion, bimensuellement. On ne peut toutefois pas utiliser bihebdomadaire dans ce cas, car cet adjectif signifie « deux fois par semaine ».