Centrale des syndicats du Québec (CSQ) - Nouvelle

À l’origine

13 décembre 2018

L’origine et l’évolution des mots sont parfois étonnantes.

Certains font référence à une personne. Ainsi, calepin désignait autrefois un dictionnaire, par allusion à l’Italien Ambrogio Calepino, qui consacra sa vie à l’écriture d’un dictionnaire polyglotte. Celui-ci parut d’abord en latin, vers 1500, puis en hébreu, en italien et en grec. Même s’il était très imposant, les voyageurs l’emportaient lors de leurs déplacements, l’utilisant comme référence et l’annotant au fil de leurs découvertes linguistiques. L’habitude de prendre des notes est restée, mais le calepin a graduellement rapetissé.

D’autres mots ont précédé leur invention. Le terme robot, par exemple, est apparu pour la première fois en 1921 à Prague, dans une pièce de théâtre mettant en scène des machines à l’apparence d’êtres humains. L’auteur, qui voulait d’abord les nommer labori (du latin labor, signifiant « travail »), a suivi la suggestion de son frère et a opté pour robota, qui signifie en tchèque « corvée, travail forcé ». L’invention des robots, elle, date des années 60.

Une grande quantité de mots viennent du latin, comme vacances, du verbe vacare, signifiant « être vide, inoccupé, libre ». De ce temps-ci, on l’entend beaucoup.

Enfin, quelques-uns sont issus d’une interjection. C’est le cas du mot alarme, provenant du domaine militaire. Il a pour origine all’arme, soit « aux armes! », un cri en italien pour appeler au combat. Durant les vacances, on ne veut pas l’entendre.

Saviez-vous que…

Le latin est à l’origine, en plus du français, de l’espagnol, de l’italien, du portugais et du roumain. Il a aussi servi à former plus de la moitié des mots du vocabulaire de l’anglais. Cette langue morte, utilisée dans l’Empire romain antique, ne se parle plus qu’au Vatican de nos jours, où elle demeure la langue officielle.

Sur ce, je vous souhaite un bon congé des Fêtes.